Jacques-Simon Eggly: Être Chrétien autrement

Imprimer

trois croix.jpgJacques-Simon Eggly: Être Chrétien autrement

Diane Barbier-Muller: Le taux de représentation de notre démocratie

Xavier Comtesse: Gouverner cela devrait être de donner des consignes claires ... sauf en tant de crise

Xavier Magnin: Covid 19, Faillite ou réussite ? Partie 2

Claude Bonard: Genève, une histoire de galères !

Jean Batou: Engels et le coronavirus

André Thomann: Drame à l’Elysée

Marie-France de Meuron: Pourquoi le virus est-il couronné?

JF Mabut: Egypte, tombeau, coronavirus, capitalisme: quelle sortie?

Jean-Dominique Michel: Covid-19 : Fin de partie ?! traduit en arabe

Jacques-Simon Eggly: Être Chrétien autrement Alors, reprenons. D’après les récits, le cortège des apôtres n’était nullement représenté au pied de La Croix. Il n’était pas rassemblé en chantant des louanges devant le tombeau vide. Lorsque le récit nous dit que Jésus, ressuscité, chemine au côté de deux disciples, ils ne le reconnaissent pas, cet homme qu’ils connaissaient bien. Il a faillu le rite du pain pour que leur yeux s’ouvrent sur une présence. Avant de disparaître à tout jamais, dans sa forme déjà immatérielle, aux yeux des apôtres, Jésus leur dit, en substance, qu’ils le connaîtront et reconnaîtront mieux pour ce qu’il est vraiment, ce qu’il a apporté lorsqu’ils ne sera plus leur compagnon de route. Il était physiquement proche mais source de malentendus. Le voici introduit, comme une présence invisible, dans la personne de chacun. Présence invisible, ressentie comme réelle, reçue complètement dans le récit de Pentecôte. En somme, pourquoi ne pas concevoir Jésus comme un être yperspirituel , connecté à la dimension transcendantale, apportant un message d’amour, offrant une possibilité d’homme amélioré ? Et si cela suffisait pour interpréter cette notion floue de fils de Dieu ! (...)

 

Diane Barbier-Muller: Le taux de représentation de notre démocratie (...) Est-ce que le faible taux de participation serait le signe d’un désintérêt d’une partie des genevois pour ses institutions ? Probablement pas. Le taux de participation pour les objets législatifs est bien plus important, puisqu’en moyenne 47% de la population genevoise prend part aux votations fédérales, taux se trouvant au-dessus de la moyenne nationale. Les genevois s’intéressent donc activement à la politique et clairement aux thèmes qu’elle défend. Le désamour semble donc propre aux représentants politiques. (...) Ces dernières années, le peuple genevois, par son Parlement, son Gouvernement, mais aussi par le résultat de ses votations, a fait le choix de la cigale et la question se pose : allons-nous le payer ces prochains mois, ces prochaines années, avec la crise inédite qui survient aujourd’hui ? N’oublions jamais que l’argent qui permet de financer ce type de dépense ne sort pas d’un puit sans fond. Il faut le gérer avec sagesse et justesse. (...)

 

Xavier Comtesse: Gouverner cela devrait être de donner des consignes claires ... sauf en tant de crise (...) Essayons d’y voir clair… 1. Vous ne pouvez pas quitter la maison en principe, mais si vous en avez besoin, vous pouvez quand même. 2. Les masques ne servent à rien, mais il faudrait peut-être en porter, ça peut sauver, ça sert à rien mais ça sera peut-être obligatoire. 3. Les magasins sont fermés, sauf ceux qui sont ouverts. 4. Il ne faut pas aller dans les hôpitaux, sauf s'il faut y aller, même chose pour les médecins, il ne faut y aller qu'en cas d'URGENCE à condition que vous ne soyez PAS MALADE (?!?) 5. Ce virus est mortel, mais pas trop effrayant néanmoins, sauf que si parfois, en fait ça va être une catastrophe planétaire. 6. Les gants n'aideront pas, mais ils peuvent aider quand même. (...) 25. On devrait rester confinés jusqu'à la disparition du virus mais il ne va disparaître que si on arrive à une immunité collective et donc à condition qu'il circule... et pour ça il faut qu'on ne soit plus confinés… Bref, tout est clair sauf que rien n'est clair, on nous parle d'un confinement de 15 jours puis peut-être de six mois, on lit et on entend tout et son contraire aux infos et sur les réseaux mais... il faut RESTER ZEN les amis, c'est nécessaire pour notre système immunitaire. Alors, allez dehors, respirez - si vous le pouvez - et contemplez l'éclosion du printemps… et surtout gardez votre sens de l'humour…

 

Xavier Magnin: Covid 19, Faillite ou réussite ? Partie 2 Cette pandémie amène une réflexion que l’on peut pousser bien plus en avant sur la place du travail et le revenu de base inconditionnel (RBI). Ce dernier permettrait aujourd’hui de rester à la maison sans crainte de banqueroute ou de manque financier. La place de travail, ce par quoi s’identifie souvent le Suisse, n’a pas forcément besoin d’être regroupée dans un bâtiment spécifique ou sur un étage ! Il appelle à la confiance et à la responsabilité face à la quantité et la qualité de la tâche. Confiance … maître mot des relations et pas seulement au travail…. Toute le monde ne peut toutefois travailler depuis la maison, notamment des indépendants qui pratiquent des interventions sur sites. Il ne faut pas les oublier et leur permettre de se protéger et d’intervenir. Les collectivités publiques ont cette responsabilité de débloquer des montants pour subvenir aux besoins des indépendants, des associations et sociétés sociales, artistiques, culturelles et sportives pour que la reprise puisse être rapide et que chacun retrouve ses activités et passions dès que possible. (...)

 

Claude Bonard: Genève, une histoire de galères ! Pour vous changer du Covid-19 et puisqu'il est vivement recommandé de rester chez soi plutôt que d'aller flâner au bord du lac, je vais vous parler aujourd'hui des batailles navales qui se sont déroulées sur les flots de notre beau lac de Genève. Nous avions d'ailleurs à Genève un Amiral de la flotte ! Non pas celle du Jet d'eau, mais des galères ! en la personne de Noble Gallatin, Conseiller, élu amiral en 1616, avec la charge de Surintendant des Galères. Aujourd'hui, je verrais bien le magistrat cantonal en charge de la navigation porter à nouveau le titre d'Amiral de la flotte et surintendant des galères. Ce serait très classe ne trouvez-vous pas ? Le vaisseau amiral genevois comptait en 1672 9 bancs à 18 rames ainsi que 10 pièces de canon et 98 hommes au total. (...)

 

Jean Batou: Engels et le coronavirus « Ne nous flattons pas trop de nos victoires sur la nature. Elle se venge sur nous de chacune d’elles…” Cette phrase, qui tombe sous le sens dans une perspective écologiste, a été publiée en 1883, il y a près de 140 ans, par le plus proche compagnon de Karl Marx, Friedrich Engels. Je reproduis le passage du raisonnement qu'elle introduit, dans un ouvrage intitulé "La dialectique de la nature", en songeant à son extraordinaire actualité, à l'heure du réchauffement climatique et des nouvelles pandémies microbiennes liées à la déforestation et à l'extension des élevages industriels en batterie. (...)

 

André Thomann: Drame à l’Elysée J’apprends par le magazine Elle une nouvelle navrante : Brigitte Macron supporte mal d’être confinée à l’Élysée. C’est navrant mais aussi un peu indécent quand on sait qu’il y a par exemple des couples avec deux enfants confinés dans un trois pièces, qu’il y a des vieux dans un studio sans contacts véritables, qu’il y a des SDF qui n’ont même pas d’endroit où pouvoir être confinés. Et la première dame se plaint, fait la une d’un magazine, lequel en remet une couche en faisant un portrait flagorneur. B.M. est la générosité même, l’intelligence et le goût portés au plus haut point, bref une perfection qu’on ne trouve qu’une fois par siècle. Pourtant, l’attitude de la dame est parfois inconséquente. Se promenant dans Paris en temps d’interdiction, elle s’étonnait et se scandalisait que des Français fissent de même. Quod licet Jovi non licet bovi. Ce petit culot n’est pas mentionné dans l’article d’Elle qui doit le considérer comme un détail sans importance. La mémé de l’Élysée fait ensuite dans une interview le portrait de son mari, une seconde perfection. (...)

 

Marie-France de Meuron: Pourquoi le virus est-il couronné? (...) A cela s'ajoute que le confinement peut étouffer les aînés dans leurs homes et l'on dira qu'ils sont morts du virus couronné simplement parce que le test s'avère positif, sans tenir compte que la tristesse et le stress diminuent fortement l'immunité dans des états de santé déjà bien entamés. Dans d'autres lieux, en Inde par exemple, des travailleurs journaliers vont mourir de carences alimentaires. Un joli jeu de mot : "On ne change pas un confinement qui marche".(le confinement, lui, a le droit de se mouvoir!) Ainsi, les navigateurs sont priés de rester chez eux, au lieu de développer leurs poumons, de faire travailler leurs muscles et de se nourrir de soleil. Ils n'ont donc pas le droit de se renforcer pour affronter le virus qui pourrait se présenter sur leurs chemins. Dans le même ordre, le semi-confinement a mis au tapis de nombreux clubs et écoles de sport à Genève. En temps normal, on arme plutôt les soldats pour partir au front! (...)

 

JF Mabut: Egypte, tombeau, coronavirus, capitalisme: quelle sortie? (...) Pour les Hébreux, sous-citoyens chez Pharaon comme ils le furent longtemps chez nous, la sortie d'Egypte fut leur rentrée dans l'histoire et dans la politique. (...) Le tombeau vide, c'est la stupéfaction des femmes puis des hommes venu.e.s au matin de Pâques parfaire l'embaumement du crucifié du vendredi. Ils n'y ont pas tous cru tout de suite à cette résurrection. Ce n'était pas raisonnable. Fou même. Cette émancipation de la mort fonde pourtant la foi chrétienne. (...) Les esprits sont présentement accaparés par une seule question: comment déconfiner, comment sortir du coronavirus avant que le remède à la pandémie - le confinement - n'entraîne plus de victimes que le virus? (...) Il faut, dit-on à gauche où l'on se veut toujours plus intelligent, profiter de l'instant pour que le monde de demain soit meilleur que le monde d'hier. En deux mots plus social et moins polluant. (...) Mercredi soir au 19.30, on a vu Lisa Mazzone dans un numéro de haute voltige expliquer à propos du transport aérien qu'il faut... conserver l'aéroport de Genève mais juguler sa croissance, ce qu'ont voté d'ailleurs les Genevois. Quoi de neuf? Comment? La môme au lèvres rouge ne dit rien. Et si on octroyait aux clients de Cointrin un quota (négociable) de kilomètres à parcourir en avion par an? (...)

 

Jean-Dominique Michel: Covid-19 : Fin de partie ?! traduit en arabe (...) J'ai l'immense joie de partager avec les lecteurs arabophones la traduction dans cette langue splendide de mon article "Covid-19 : Fin de partie ?!", réalisée à l'initiative de Mme Alma ABOU SAMRA, pharmacienne et docteur en chimie thérapeutique, spécialisée en recherche et développement pharmaceutique. (...) Habité d'une profonde révérence pour l'islam authentique ainsi que pour la langue et les cultures arabes, je suis profondément touché de la reconnaissance ainsi manifestée à mon travail. Qui est désormais traduit en anglais, en espagnol, en portugais et donc en arabe. Nul n'est prophète en son pays dit-on. Au silence de la Tribune de Genève, du Courrier, du Temps et de la RTS quant aux perspectives que j'aurai proposées à travers cette série de blogs aura donc répondu l'intérêt de Paris-Match, de l'Obs, de Libération, de Mediapart, de Marianne et de Radio-Canada, sans oublier nos amis colombiens, brésiliens et désormais libanais. (...)

Les commentaires sont fermés.