Djemâa Chraïti: Hannah Arendt à notre rescousse

Imprimer

hannah arendt.jpgDjemâa Chraïti: Hannah Arendt à notre rescousse

Pascal Décaillet: Haut et fort

Pascal Holenweg: Du bon usage de deux mois de ”confinement”

Jean-Dominique Michel: Au-delà du Covid ?!

Rodolphe Weibel: Ni de gauche, ni de droite, d’intérêt général

Marie-France de Meuron: Enfant, adolescent ou adulte?

Hayek Ezzeddine: Ah le Parc des Bastions!

Maurice- Ruben Hayoun: La résistance spirituelle des rabbins

Jean d’Hôtaux: L’infrastructure ferroviaire est-elle de gauche ou de droite ?

JF Mabut: Covid, malheur aux vaincus (infectés)

Djemâa Chraïti: Hannah Arendt à notre rescousse En cette période trouble, un excellent article signé Jean-Marc Dupuis, fait référence à Hannah Arendt et la manipulation de l’information dans les régimes totalitaires. Sacrifice de la vérité, comment les régimes totalitaires prennent un pouvoir « total » sur les individus en les arrosant d’informations contradictoires jusqu’à ce qu’ils n’aient plus aucun moyen de savoir où se trouve la vérité. Les médias nous offrent un déluge d’informations contradictoires et incohérentes mêlant le vrai et le faux jusqu’à ce que plus aucune personne ne puisse savoir de bonne foi ce qu’il fallait penser. Une foule de porte-paroles se mettent à parler tous en même temps sans plus savoir « quelle est la parole d’Etat .» Plus personnes ne sait que penser, et lorsqu’il n’y a plus de vérité, il n’y a plus de réalité. (...)

 

Pascal Décaillet: Haut et fort Bon, à ce stade, amies citoyennes, amis citoyens, il convient de rappeler un ou deux fondamentaux de notre Etat de droit : 1) Ton dossier médical n'appartient qu'à toi. Et à ton médecin, qui a l'interdiction absolue d'en faire état sans ton consentement. Cela s'appelle le secret médical. Si ça te chante de raconter à toute la République ton état de santé, libre à toi. Mais nul ne peut t'y contraindre. 2) Le salaire que tu perçois, ou le revenu que tu déclares, ne concernent que trois entités : toi-même, celui qui te paye, le fisc. Ce dernier a l'interdiction absolue de rendre publiques ces données. Si ça te chante de raconter à toute la République ta situation financière, libre à toi. Mais nul ne peut t'y contraindre. 3) Ta vie privée, famille, amis, maîtresses, amants, orientation sexuelle, ne regarde que toi. (...) 6) Ta vie, c'est la tienne. Tu veux bien bosser, et même dur. Tu veux bien aider, participer à la vie sociale. Mais tu n'es pas là pour te faire emmerder. Au besoin, tu dois le dire, haut et fort.

 

Pascal Holenweg: Du bon usage de deux mois de ”confinement” On a mieux respiré à Genève, ces dernières semaines. Et on s'y est mieux déplacé, malgré le confinement relatif auquel nous nous sommes soumis, et la réduction de l'offre des transports publics : marcher sans entrave et se déplacer à vélo sans risque fut l'étrange privilège de ce temps suspendu... Il ne faudrait pas que le "retour à la normalité" soit le retour à une situation où personne ne peut se déplacer librement en ville, où les déplacements à pied sont constamment entravés par des ruptures de parcours (feux piétons aux rythmes absurdes, trottoirs obstrués par des deux roues ou des voitures etc...), où les déplacements cyclistes sont dangereux, où les automobiles s'embouteillent les unes les autres et où les transports publics sont piégés dans ces embouteillages... On pourrait mettre à profit l'expérience de ces deux derniers mois pour accélérer (autre paradoxe ?) le passage à la "mobilité douce" : en Ville de Genève, la nouvelle configuration du Conseil municipal, le renforcement des Verts, la solidité du PS (et même la sensibilité de la nouvelle conseillère administrative PDC, et du Conseiller d'Etat PDC dont elle était la collaboratrice...) le laissent espérer… (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch


Jean-Dominique Michel: Au-delà du Covid ?! Un autre entretien avec Michel Herren, docteur en philosophie pour aller, au-delà de la critique (une fois celle-ci posée), vers des perspectives d’amélioration systémique de nos dispositifs sanitaires, politiques et sociaux. Pour celles et ceux qui ont envie de penser dans le respect, la nuance et l'engagement de valeurs authentiquement humanistes. Michel Serres nous avait prévenu : "ceci n'est pas une crise, disait-il, c'est un changement de monde." Comment sortir de la logique de la disqualification et du mépris pour construire un monde plus digne de cette humanité que nous avons vocation à être, ensemble ? Avec Michel Herren et Guillaume Laurent, nous dessinons quelques pistes possibles pour cette évolution à venir ! (...)

 

Rodolphe Weibel: Ni de gauche, ni de droite, d’intérêt général D’aucuns insinuent que le projet de boucle de l’aéroport serait de droite. Quelle erreur ! Il poursuit l’intérêt général. Nombreuses à le soutenir sont les personnes qui se situent plutôt à gauche de l’échiquier politique. DP Domaine public n’est pas un hebdomadaire de droite. Il a publié 9 articles que j’ai rédigés sur le thème des transports. Sur ces 9 articles, deux ont porté sur le projet GeReR Genève Route et Rail (6 janvier 2014 et 15 février 2018). En outre, un des principaux rédacteurs permanents de DP, Jean-Daniel Delley, a consacré un long article à ce thème précis (22 février 2019). Il faut lire et relire cet intense plaidoyer pour la boucle de l’aéroport. Ce qui se passe entre Genève, Ittigen et Berne est indigne d’un pays qui se proclame Etat de droit. Comme je l’ai déjà écrit ailleurs, je compte sur nos tribunaux (le pouvoir judiciaire) pour faire cesser cette incroyable dérive de nos administrations (le pouvoir exécutif), si le Grand Conseil (le pouvoir législatif) ne le fait pas.

 

Marie-France de Meuron: Enfant, adolescent ou adulte? (...) Cette attitude soumise est aussi celle de beaucoup de soignants. Ils en perdent leur conscience professionnelle, quitte à abandonner les malades fidèles qu'ils avaient en réhabilitation par exemple et, par conséquent, sans tenir compte que l'absence de soins pourrait aussi s'avérer délétère, alors qu'il y a moult façons d'organiser un soin en respectant les règles de base. Ainsi, la soumission empêche de créer des solutions et peut étouffer l'élan de bienfaisance spontané envers autrui. Nous avons de bons exemples de révolte en France où des personnes sortent seules dans la nature, avec leurs élans de footing par exemple, respectant ainsi des pulsions naturelles. Toutefois, elles se font verbaliser, ce qui montre qu'elles finissent par retourner dans la dépendance du système officiel. Chacun peut prendre conscience, en lui ou autour de lui, de ces attitudes de soumission ou de révolte. (...) Le bond se voit aussi dans le monde des artistes où une actrice a dénoncé des abus de la limitation de liberté au Québec. (...) L'étape actuelle que nous vivons, décrite puissamment par Marc Halévy, se présente comme un merveilleux terrain d'entraînement pour nous permettre d'évoluer selon les stades qu'illustre bien la chenille vivant une transmutation dans sa chrysalide pour s'envoler dans le papillon libre de découvrir un monde bien plus vaste!

 

Hayek Ezzeddine: Ah le Parc des Bastions! Avec ses 64 968 m2 le Parc des Bastions occupe une place de choix dans le cœur des genevois. Que de manifestations, de spectacles en tout genre ont eu comme décors ce lieu emblématique qui draine du monde quel que soit la saison. Et chaque saison a son charme et ses habitués. Les promeneurs, les pique-niqueurs, les joggeurs, les joueurs d’échec, les étudiants, les amoureux qui s'bécotent sur les bancs public...défilent quotidiennement devant le Mur des réformateurs, devant l’austère Calvin et son aréopage illustre. Il a vu du monde Calvin! Mes photos…

 

Maurice- Ruben Hayoun: La résistance spirituelle des rabbins Que fait un peuple normal lorsque le sort des armes lui a été défavorable ? Que fait un peuple ordinaire lorsqu’il est vaincu par plus fort que lui, que son pays est alors occupé par le vainqueur et qu’il se trouve réduit à l’esclavage ? la plupart du temps, il se soumet et attend des jours meilleurs. Tel ne fut pas le cas du peuple d’Israël (...) Lors que le temple de Jérusalem fut détruit et la ville mise à sac par les légions romaines qui cernaient la ville depuis bien longtemps, un sage, véritable figure semi légendaire, nommé Rabban Johanan ben Zakkaï, entreprit de sauver ce qui pouvait encore l’être, à savoir l’âme d’Israël, son trésor le plus précieux, son unique raison d’être, à savoir la Torah de Dieu et son étude approfondie, contre vents et marées !. Le terme hébraïque rabban dépasse en dignité rabbinique le simple titre de rabbi : Rabban est au-dessus de tous les autres érudits des Ecritures et fort rares sont les érudits qui eurent droit à ce titre dans le Talmud. Il y a quelques versions de sa rocambolesque fuite de Jérusalem assiégée par les légionnaires, mais la trame principale est partout la même. (...)

 

Jean d’Hôtaux: L’infrastructure ferroviaire est-elle de gauche ou de droite ? Deux très importants projets de loi sont actuellement déposés au Grand Conseil. Ils impacteront très profondément la mobilité et les finances publiques du Canton. Ces deux projets de loi concernent l’infrastructure ferroviaire qui doit être adaptée à la croissance du trafic attendu d’ici à 2040 - 2045. L’un d’eux déposé par le député, feu le regretté Rolin Wavre et consorts, demande qu’un crédit soit alloué à l’étude de la « Boucle ferroviaire », projet qui consiste à rendre traversante la gare de « Genève-Aéroport », actuellement en cul-de-sac, pour la raccorder à la ligne Genève – Lausanne à la hauteur de Genthod-Bellevue, pour former une boucle. (...) Si le peuple genevois a pu se prononcer sur le CEVA (Léman Express) en novembre 2009, projet dont le coût se montait alors à 1,6 milliards de francs, qu’il a accepté par 61% des voix, il n’a en revanche jamais eu l’occasion de s’exprimer sur le concept ferroviaire qui fait débat aujourd’hui, dont l’enjeu financier est trois fois plus important à hauteur de 4,7 milliards. Pourquoi le Conseil d’Etat s’oppose-t-il à une étude de la « Boucle de l’Aéroport », une étude qui n’a jamais été menée ? Qu’a-t-il à craindre d’une telle étude ? (...)

 

JF Mabut: Covid, malheur aux vaincus (infectés) (...) C'est ainsi qu'aux "gestes barrière" qui ne sont que des usages évidents et quasi ancestraux en période de maladie contagieuse (se laver, garder ses distances, isoler et soigner les malades, mettre à l'abri les personnes fragiles), on a ajouté par décrets et ordonnances l'arrêt des usines, des chantiers, des écoles, des voyages, des visites. Maintenant, on ajoute la traçabilité électronique des contagieux qui s'ignorent. Et comme nous sommes tous des contagieux en puissance, c'est un flicage général de la société qui se met en place. Le pire ce n'est pas le flicage de l'Etat - encore que -, c'est le flicage de ses voisins* qui vous veulent du bien et vont vous dénoncer car vous sortez sans porter le masque réglementaire, mettant évidemment leur vie en danger (ce qui est faux mais peu importe). Tout en composant le 117, le bien intentionné voisin braque son smartphone sur vous pour prendre la vidéo qui prouvera ses dires et vous menace aux mieux de la justice au pire de la mise au pilori sur Facebook ou Instagram. Mais qui va donc arrêter cette folie? (...)

Les commentaires sont fermés.