Claude Bonard: Léman Express, Cornavin dans une autre vie

Imprimer

leman express 2.jpgClaude Bonard: Léman Express, Cornavin dans une autre vie

Laurence Corpataux: Ne pas cracher

Edmée Cuttat: ”Switzerlanders”

Djemâa Chraïti: L’amour par-delà les frontières

David Frenkel: Le silence des agences de presse et de bien d'autres encore

Patricia Aline: Chaleur, Corona et Shabbat

 

Claude Bonard: Léman Express, Cornavin dans une autre vie Depuis hier, j'ai dévoré l'ouvrage rédigé par l'historien Christophe Vuilleumier avec la collaboration de M. Gérard Duc aux éditions Slatkine. Un livre qui m'a rappelé de nombreux souvenirs que j'ai envie de partager avec vous. Souvenirs d'enfant tout d'abord, ayant habité depuis ma naissance jusqu'à mes vingt ans en 1966 à la rue Fendt 6. Une ruelle lépreuse aujourd'hui, située juste derrière la gare Cornavin. Je me souviens de l'impression que me faisaient les bielles fumantes des locomotives à vapeur, ces monstres noirs suivis de leur tander chargé de charbon. Je me souviens aussi de ces chevaux tristes et fatigués qui tiraient les chars qui attendaient les marchandises derrière la gare. Les manutentionnaires avaient des mines et des accoutrements dignes de ceux des héros de la série "Peaky Blinders". Il y avait aussi une forge fumante à la rue Montbrillant où l'on prenait soin des sabots des équidés travaillant dur dans le quartier. Cette forge devint plus tard un lieu de rendez-vous pour les mauvais garçons et les adolescents en goguette, la brasserie Sankt Pauli. (...)

 

Laurence Corpataux: Ne pas cracher Depuis des semaines, la majorité de la population a adopté les mesures de prévention contre le COVID-19 diffusées à grande échelle. Cependant, les experts ont oublié un geste simple et banalisé: éviter de cracher par terre. Ainsi, ce geste fondamental pour l’éviction du virus ne fait pas partie de nos réflexes anti-COVID-19, faute d’une recommandation générale. (...) Si expectorer est un acte libérateur, un rite de certains milieux tel que le milieu sportif, ce n’est aucunement une nécessité physiologique. Des personnes ressentent cet automatisme de cracher en public comme un acte sans gêne, une marque de mépris, voire une insulte. En Suisse et en France, cette pratique est amendable. La sanction est cependant rare. Des trottoirs, des lieux publics deviennent des nids à microbes que l’on transporte d’un lieu à l’autre lors de nos déplacements journaliers. (...)

 

Edmée Cuttat: ”Switzerlanders” En 2011, un documentaire particulier, Life in a day (Un jour dans la vie) était présenté au festival de Sundance. Ridley Scott avait demandéaux internautes de montrer un moment dans leur vie à une date précise. Le réalisateur Kevin MacDonald avait alors récolté plus de 80 000 clips envoyés du monde entier. Michael Steiner, auteur de Grounding, Wolkenbruch ou encore Mon nom est Eugène, a adapté le concept avec Switzerlanders, produit par 20 Minutes. (...) On nous promettait un voyage saisissant dans un pays mosaïque unique, présenté comme un miroir magique. Le résultat est malheureusement inversement proportionnel à la grandeur du projet, avec des images bien banales d’une Helvétie bien peu surprenante. A part peut-être cet écrivain paysagiste un rien saugrenu, pour qui l’Helvétie est un sacré pays de merde peuplé d’habitants… de merde. Une déclaration de désamour à laquelle s’oppose bien vite ce fervent admirateur d’une Suisse merveilleuse, où on vit comme des coqs en pâte. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Djemâa Chraïti: L’amour par-delà les frontières La douane de Bossey, à l'heure des retrouvailles, entre une Maman et son fils qui ne se sont pas vus depuis deux mois. "Vous vous rendez-vous compte Madame, me dit-elle, comment en vivant si près, je n'ai pas vu mon fils tout ce temps!"à deux doigts de verser une petite larme. Mais l'heure est à la fête; un picnic royal posé sur les blocs en béton avec du fromage suisse et français: un Reblochon de Savoie et un Reblochon du Val d'Arve. La presse suisse au milieu des fromages avec le journal le Temps et la Tribune de Genève achetés à l'occasion pour la Maman qui vit de l'autre côté et le fiston manifestement heureux et qui arbore un t-shirt Miami Vice de la féliciter :"Maman est devenue numérique depuis le début du confinement", elle hoche la tête, encore un peu secouée, "il a bien fallu apprendre à Zoomer, ma foi", soupire-t-elle ! Encore émue d'avoir dû apprendre à toute vitesse, heureusement qu'il y avait des jeunes pour montrer comment il fallait faire. (...)

 

David Frenkel: Le silence des agences de presse et de bien d'autres encore (...) Il en est de même du communiqué allemand affirmant hier, je cite :« Le gouvernement fédéral condamne fermement toute glorification et légitimation de la terreur, appelle à l’anéantissement d’Israël, incite à des actes terroristes ou diffuse des contenus antisémites. De tels commentaires hostiles à l’égard d’Israël ne sont en aucun cas acceptables. Le droit d’Israël à exister n’est pas négociable. La République fédérale aborde régulièrement les points critiques dans tous les domaines de manière ouverte avec l’Iran ». Ajoutons à cela que le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a également condamné hier la République islamique d’Iran pour ses propos antisémites et génocidaires visant Israël. A part l'Allemagne, où sont donc passés, ces redresseurs de torts, qui en tant que membre du Conseil de sécurité, ont publié hier un communiqué annonçant qu’ils ne reconnaîtront aucune modification aux frontières1) d’avant le 4 juin 1967 qui ne soit pas acceptée par les « Palestiniens » ? L'antisémitisme du régime des Mollahs le reconnaissent-il ?

 

Patricia Aline: Chaleur, Corona et Shabbat Mercredi, re-ouverture des plages. OUF! à 37 degrés et 40 à l'ombre, autant vous dire que la plupart des israéliens n'avaient pas attendu l'ouverture pour s'y ruer (sur les plages) ! Votre blogueuse préférée a choisi de mettre un peu d'espace avec le web et profite, d'une légère baisse de température aujourd'hui, 29 degrés - presque frais!- pour tenter comme par mon habitude de vous refléter une partie de la vie israélienne. Veille de Chabbat, j'aime bien habituellement, me promener, mais cette chaleur m'a épuisée. La vie trépidante semble reprendre presque tous ses droits... Presque. Un million de chômeurs, 33 millions aux US, j'ai regardé la Suisse avec quand même plus de 1,85 million d'employés au chômage partiel( 1) semble pouvoir absorbé ce choc...mieux? peut-être? l'avenir nous le dira. Un internaute, et je le remercie lecteur du blog assidu, m'a demandé pourquoi je publiais pas son commentaire. Un autre après des échanges assez casse-pieds et une inondation de message, j'ai fini par le bloquer, et je vais tenter d'expliquer ici pourquoi. (...)

Les commentaires sont fermés.