Jean-Noël Cuénod: Ascension vers le déconfinement

Imprimer

physique quantique.jpgJean-Noël Cuénod: Ascension vers le déconfinement

Béatrice Deslarzes: Le silence de la campagne

Michèle Roullet: Des autoroutes à vélos

Pascal Décaillet: Conseil d'Etat : la chienlit

Jean-Dominique Michel: Covid, anatomie d'une crise sanitaire

John Goetelen: Températures, enfin un nouveau record

François Baertschi: L'écologie ennemie de la santé publique

Didier Bonny: Du grand au petit écran: « Baby Driver », « Wonder Woman », « Le Brio »

Jean-Noël Cuénod: Ascension vers le déconfinement Même si le mot « Eglise » vous file des boutons, même si vous avez l’athéisme chevillé à l’âme, même si vous partagez l’abyssale inculture religieuse de la plupart de nos contemporains, réfléchir, mieux, rêver à l’Ascension vous offre une porte de sortie, sans masque obligatoire. Le récit biblique, Premier et Nouveau Testaments, est une sorte de rampe de lancement. Si vous ne la considérez que sous ses apparences, vous n’y verrez rien d’autre qu’une sorte de tremplin vers le vide. Si vous vous laissez emporter par son verbe, elle vous propulsera vers des régions de votre être que vous ignoriez. (...)Si la raison est persuadée que tout est dit grâce aux découvertes de la science, sa persuasion même démontre qu’elle ne doute plus. Ne doutant plus, la raison…ne raisonne plus ! La plus grande faiblesse de la pensée contemporaine me paraît résider dans la surestimation extravagante du connu par rapport à ce qui reste à connaître, écrivait André Breton dans L’Amour fou. Après tout, les découvertes de la science nous ont déjà réservé de sacrée suprises ; la physique quantique a bien déréglé nos boussoles aristotéliciennes. (...)

 

Béatrice Deslarzes: Le silence de la campagne Vous avez de la chance me répètent souvent des amis vous avez vraiment beaucoup de chance d'habiter à la campagne car en ville il y a un bruit intolérable et qui ne cesse pas jour et nuit. (...) Ceux qui nous envie ont oublié les moteurs qui nous envahissent, à tous ces jardiniers qui viennent s'occuper des jardins des petits bourgeois qui nous entourent : tondeuses, débroussailleuses,souffleuses etc qui envahissent notre atmosphère et qui nous rendent la vie quasi impossible. Il faut que la pelouse du voisin rivalise avec celle d'à côté qu'elle soit plus "belle" et surtout plus inutile car stérile, pire qu'un terrain de golf. Une pelouse qui n'a d'apparence que le nom car c'est la destruction totale de tous les êtres vivants et utiles pour la biodiversité. (...)

 

Michèle Roullet: Des autoroutes à vélos (...) le parti libéral radical (PLR) n’est nullement opposé à l’aménagement de pistes cyclables à Genève. La preuve, il a voté - à l’unanimité - lors de la séance plénière extraordinaire du Municipal (du 20.05.20) en faveur de la proposition du conseil administratif (PR-1325), qui concerne le « U Cyclable ». (...) En revanche, les agissements et déclarations de deux conseillers d’Etat sont gravissimes et ont, malheureusement, ravivé la guerre des transports à Genève. (...) Genève s’embrase à nouveau sur la mobilité et une guerre intestine au sein du Conseil d’Etat semble même avoir éclaté. Le président du Conseil d’Etat - qui devrait incarner les lois de notre République et l’ordre public - Antonio Hodgers, minimise la gravité de ce rassemblement cycliste, dont il doute qu’il puisse propager le virus (in RTS, Forum du 22.05.20). Il acquiesce donc, indirectement, à la désobéissance civile ! Mauro Poggia, lui, en charge de la police et de la santé, promet des sanctions ! Quant à Serge Dal Busco, à l’origine de cette crise, il ne sait pas encore quelle attitude adopter envers ces manifestants ! Si on ne veut pas que de graves conflits dégénèrent en combats de rues, l’attitude irrespectueuse et immature d’Antonio Hodgers doit être sanctionnée par les députés qui devraient demander un changement immédiat de présidence au sein du Conseil d’Etat. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Pascal Décaillet: Conseil d'Etat : la chienlit C'est mon excellent confrère Raphaël Leroy, de la RTS, qui l'annonce : le Président du Conseil d'Etat genevois, le Vert Antonio Hodgers, aurait fait part de "réserves" quant aux sanctions envisagées par Mauro Poggia contre les organisateurs - ou incitateurs - de la manifestation totalement illégale de cyclistes de lundi soir. Il se réserverait même le droit de rompre la collégialité. La question, à partir de 22 mai, n'est absolument plus celle des pistes cyclables, ni de leur largeur, toutes choses dont on doit en effet pouvoir discuter. Les cyclistes doivent circuler en toute sécurité en ville, pas le moindre problème de ce côté-là. Non. La question est désormais celle de la République. Nous sommes dans un État de droit. Le gouvernement cantonal en est le premier garant. Lundi, une manifestation manifestement illégale, bafouant les consignes sanitaires que nous nous imposons tous depuis deux mois, a éhontément défié les lois de la République. Elle a piétiné les directives du Conseil fédéral, et leur mise en application par le Conseil d'Etat genevois. (...)

 

Jean-Dominique Michel: Covid, anatomie d'une crise sanitaire (...) Comme j'annonçais que ce serait le cas dès début avril, nous pataugeons dans les scories et les dérives de la "recherche scientifique" médicale, qui permet de confusionner à l'infini et de manière stérilisante une vraie question de recherche. Qu'en plus de deux mois et demie, aucun essai clinique intègre, impartial, et indiscutable n'ait été produit laisse entrevoir quelque chose de la religiosité qui aura prévalu au débat... et de la probable absence de volonté réelle à établir des données probantes. Même le New England Journal of Medecine est retombé dans ses pires travers en publiant des études (concluant à l'inefficacité de l'HQ) parfaitement malhonnêtes - je dis cela du fait qu'elles sont non seulement très mal faites, mais outrageusement tendancieuses. Bref, au-delà de cette cacophonie qui perdure, nous pouvons heureusement malgré tout déjà dessiner quelques perspectives solides quant à ce que nous avons vécu. D'abord, parce que des données cruciales se confirment (comme la prévalence et la létalité réelles du Covid). Elles rejoignent les analyses que j'ai faites dès le 12 mars, montrant que le coronavirus bien sûr n'est pas anodin (et certainement pas une "gripette") mais avec un paradoxe étonnant : moins grave et dangereux qu'une grippe pour l'immense majorité des gens - et hélas beaucoup plus pour certaines catégories à risque. Je l'ai à nouveau exprimé en réponse à l'article de Heidi news, c'est l'incapacité à penser ce paradoxe qui aura fait tant de dégâts dans les décisions des autorités et le travail de la presse. Celle-ci commence à rétro-pédaler méchamment (...)

 

John Goetelen: Températures, enfin un nouveau record (...) Les relevés montrent que la phase de réchauffement se lit davantage dans les températures moyennes que dans les extrêmes et les records. Ceux-ci excitent les médias et sidèrent le public mais n’ont qu’une valeur limitée. Autre constat: le réchauffement ne produit pas de catastrophe particulière. Depuis 40 ans qu’on nous annonce la fin du monde, rien ne survient qui n’ait déjà eu lieu dans le passé. Canicules, grandes sécheresses, inondations majeures, ouragans, que j'ai régulièrement documentés, ne valident pas l’interprétation angoissée du réchauffement. (...)

 

François Baertschi: L'écologie ennemie de la santé publique Les règles interdisant les groupes de plus de 5 personnes n'ont qu'un objectif: protéger la santé des Suisses et donc des Genevois. Au mépris de cette mesure de prudence dictée par l'épidémie mortelle du Covid19 toujours en action, 1500 cyclistes se sont réunis au nom de la sacro-sainte écologie. En résumé: la Santé des habitants est sacrifiée à un combat en faveur d'un prétendu "sauvetage", au demeurant fort hypothétique, de notre Planète. Au début de l'année 2020, une réunion évangélique qui s'était tenue en Alsace, avait donné un coup d'accélérateur à l'épidémie en Europe, engendrant un nombre considérable de patients aux soins intensifs et causant de trop nombreuses morts inutiles. L'effet de foule lié à l'impréparation planétaire face à cette pandémie a causé ce drame. Certes, l'ignorance ou la légèreté de nos autorités sanitaires mondiales ont pu expliquer cette grossière erreur. En mai 2020, personne ne peut dire qu'il n'est pas informé. (...)

 

Didier Bonny: Du grand au petit écran: « Baby Driver », « Wonder Woman », « Le Brio » Film d’action avec des courses poursuite, spécialement la première qui vaut le déplacement à elle toute seule, très spectaculaires, « Baby Driver » tient la route, notamment grâce à une bande-son omniprésente qui joue un rôle à part entière. Alors, certes, le scénario n’est pas d’une folle originalité et l’histoire d’amour est franchement nunuche à tel point qu’on se demande s’il ne faut pas la prendre au second degré, à l’image des gangsters qui sont des caricatures d’eux-mêmes. Divertissant. Inédit. 3 étoiles. « Baby Driver ». RTS 1, lundi 25 mai, 20h40. (...)

Les commentaires sont fermés.