Sylvain Thévoz: Mort de George Floyd : regardons-nous dans la glace !

Imprimer

flowd reuters.jpgSylvain Thévoz: Mort de George Floyd : regardons-nous dans la glace !

Cyril Aellen: La crise liée au virus COVID-19 ne justifie pas tout.

Mireille Vallette: L’inquiétante œuvre d’islamisation du centre de Fribourg

Didier Bonny: Quel mariage civil pour les couples de même sexe ?

Pascal Holenweg: Mobilité : C'est parti comme en 14

Marie-France de Meuron: Que recevoir de Louis Pasteur?

 

Sylvain Thévoz: Mort de George Floyd : regardons-nous dans la glace ! La mort de Georges Floyd choque le monde entier. Nous sommes horrifiés et écoeurés par la mort de cet homme sous le genou d’un policier de Minneapolis. Nous ne devrions toutefois pas penser que ces pratiques sont limitées aux USA et le racisme un produit US. Ce dernier est endémique en Suisse et en forte augmentation (+25% de plaintes l’an passée). Les pratiques policières à Genève et en Suisse ne sont guère reluisantes. Elles ont été régulièrement épinglées par des ONG et au niveau international. Victimes de profilage racial, personnes ciblées et amendées à répétition en raison de leur appartenance ethnique, arrestations abusives, violences verbales et physiques, humiliations corporelles, minorités placées en détention à Champ-Dollon pour suspicion de mendicité, le dossier de la police est lourd. Qui pour l’instruire ? (...)

 

Cyril Aellen: La crise liée au virus COVID-19 ne justifie pas tout. Je le dis sans ambages : durant la crise, les autorités helvétiques se sont montrées à la hauteur. Elles ont su prendre les dispositions qui s’imposaient avec mesure et discernement. Dans une certaine mesure, il en a été de même des autorités genevoises. Dans bien des domaines, ce qui paraissait impossible à mettre en œuvre l’a été avec célérité et intelligence. Il conviendra, par exemple, de poursuivre la collaboration fructueuse mise en place entre les différents acteurs en matière de santé : hôpitaux universitaires, cliniques privées et médecine de ville sont d’abord complémentaires, avant d’être concurrents. Le secteur public n’a pas l’exclusivité des tâches d’intérêt public. Il n’est nul besoin de fonctionnariser la caissière de supermarché pour lui reconnaitre un rôle essentiel dans la gestion de la crise de ces derniers mois. En revanche, cette crise a aussi mis en évidence certaines carences préexistantes de notre système étatique cantonal, pourtant fort doté en personnel et en moyens financiers. (...)

 

Mireille Vallette: L’inquiétante œuvre d’islamisation du centre de Fribourg C’est une réalité probablement unique en Europe: la plus grande opération d’islamisation de Suisse est financée par les pouvoirs publics. Elle est conduite par le Centre suisse islam et société (CSIS) situé à l’université de Fribourg et spécialisé dans les formations continues. J’ai voulu mieux connaitre les pratiques de ce centre. Je me suis plongée dans ses activités et professions de foi. J’ai réalisé à partir de ces lectures un dossier illustré (dans vigilanceislam.com) que je vous invite à consulter et que nous distribuons largement. L’arme du savoir aide à résister… si tant est qu’on ait envie de savoir. Le CSIS propose au personnel des mosquées des formations qui les rendent plus efficaces dans leur transmission religieuse. Une étude du Centre de 2016 synthétise les formations que ces bénévoles souhaitent. Entre autres: (...) Le CSIS s’est mis à l’œuvre sans attendre. Le personnel des mosquées étant parait-il démuni, ces formations sont gratuites pour lui. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Didier Bonny: Quel mariage civil pour les couples de même sexe ? Le 3 juin, le Conseil national se prononcera sur l’initiative parlementaire « Mariage civil pour tous ». Si l’acceptation d’un mariage civil pour toutes et tous a fait son chemin dans la tête de la grande majorité des parlementaires (même quelques UDC y sont favorables, c’est tout dire), la question de l’intégration de l’ouverture du don de sperme aux couples de femmes et la filiation automatique envers les parents d’un couple de même sexe dès la naissance de l’enfant divise. C’est donc là tout l’enjeu du vote de mercredi prochain : les parlementaires se prononceront-ils/elles en faveur d’un mariage égalitaire ou non ? Pour les personnes favorables à l’égalité des droits pour toutes et tous, il est évident que seule une variante égalitaire, en une seule étape, permettra de mettre sur un réel pied d’égalité les couples de sexe opposé et les couples de même sexe. Les droits ne se découpent pas en tranches ! (...)

 

Pascal Holenweg: Mobilité : C'est parti comme en 14 (...) Le Conseiller d'Etat Dal Busco et le Conseiller administratif Pagani ne se sont pas réveillés un matin avec l'envie subite d'emmerder les automobilistes : ils ont décidé de profiter de la fin du confinement provoqué par la coronapandémie pour concrétiser un vote populaire vieux de neuf ans, celui sur l'initiative pour la mobilité douce*. Et ils s'inscrivent dans une évolution constatée dans toute l'Europe, et que l'économiste Frédéric Heran résume en plaidant pour une hiérarchisation rationnelle des modes de déplacement en ville : privilégier la marche (et donc les parcours et les espaces piétons), puis le vélo, puis les transports publics, et seulement enfin, pour les personnes, les usages, les parcours et les moments où elle est le seul mode utilisable, l'automobile. La marche d'abord, donc. Parce qu'elle est le mode de déplacement normal, naturel, premier, et toujours le plus simple, le plus sain, le plus économique, de l'individu humain. L'espèce humaine est une espèce marcheuse. Elle s'est répandue en marchant sur quatre des six continent (l'Afrique, l'Eurasie, les deux Amériques), n'a atteint le cinquième (l'Australie), le sixième (l'Antarctique) et les îles qu'en ayant atteint auparavant les côtes, toujours en marchant. La Ville et le canton ne se sont d'ailleurs pas contentés de tracer de nouvelles bandes cyclables. (...)

 

Marie-France de Meuron: Que recevoir de Louis Pasteur? Deux raisons de nous approcher de cet illustre scientifique. La première en est la parution ce 31 mai d'un article qui lui est dédié dans la série "les Héros du Progrès" et la seconde le retour d'un sujet hautement à l'ordre du jour, la création d'un vaccin contre le covid 19. En tant que héros du jour, Louis Pasteur est décrit comme scientifique français du XIXe siècle, surnommé « le père de la microbiologie ». Le site de l'Institut Pasteur poursuit: "L. P. , chimiste de formation, sera à l’origine des plus formidables révolutions scientifiques du XIXème siècle, dans les domaines de la biologie, l’agriculture, la médecine ou encore l’hygiène." (...) L'article du "héros du jour" décrète que sans Pasteur "il est probable que des centaines de millions, voire des milliards de personnes ne seraient pas en vie aujourd’hui". Voilà comment, pour tenter d'imposer la microbiologie dans tous les domaines de la médecine, le système a besoin d'utiliser des probabilités et le conditionnel, ce qui lui fait évacuer toutes les autres causes qui ont participé au mieux-être des humains. A quoi s'ajoute l'illusion de pouvoir éradiquer les maladies, sans tenir compte de tous les contextes influant les réactions des êtres vivants. (...)

Les commentaires sont fermés.