Rémi Mogenet: Gonzague de Reynold et le roi des Nuithons

Imprimer

pierre du nitons.jpgRémi Mogenet: Gonzague de Reynold et le roi des Nuithons

Maurice-ruben Hayoun: Alya aglan, La France à l’envers

Charly Schwarz: Un nouveau souffle

Sylvain Thévoz: Egalité pour toutes et tous !

Marc Schnindler: USA : le casse-tête du vote

Christian Brunier: Amour ! Amour ! Amour ! Signé Mozart

David Frenkel: Infoequitable concernant les enfants palestiniens tués par Israël

Jean S Gowrié: Dhimmis : agenouillez-vous

Rémi Mogenet: Gonzague de Reynold et le roi des Nuithons Il y a, dans les Contes et légendes de la Suisse héroïque (1913) de Gonzague de Reynold (1880-1970), un récit étrange, qui évoque un trésor caché dans le lit de la Sarine et gardé par des Nains dont le roi se nomme Nuithon. Un rapport existe peut-être avec le peuple germanique des Nuithons, cité par Tacite, mais au Moyen ge, on a parlé de Notons pour désigner des sortes de démons: Chrétien de Troyes en a parlé, dans Yvain. Les philologues établissent, eux, un lien avec Neptune, et le fait est que les êtres fabuleux dont le nom ressemble à celui-là sont généralement liés à l'eau: on connaît, à Genève, la Pierre à Niton, demeure du bon génie du lac – et peut-être de la cité! En son temps, James Fazy (1794-1878) avait célébré cet esprit qu'on représente souvent comme un homme petit. Jeune, il avait composé un roman sur les barons d'Yvoire, dans lequel il assurait que Niton était un génie descendu des montagnes, et qu'il avait bâti le château d'Yvoire pour surveiller les passages sur le lac. Ensuite on l'avait canonisé sous la forme de saint Niton, quoiqu'il remontât à l'époque des Allobroges, et puis il avait disparu. Mais il continue à animer le lac, ses vagues, ses flots, et si on veut échapper aux tempêtes il faut lui rendre hommage! Ce qui est quoi qu'il en soit remarquable, dans l'allégorie de Gonzague de Reynold, est que son Nuithon est clairement le génie de la Suisse profonde et pérenne (...)

 

Maurice-ruben Hayoun: Alya aglan, La France à l’envers Au fur et à mesure que l’on avance dans la lecture de cet ouvrage passionnant, on se demande comment, en plus de l’étrange défaite, un peuple aussi évolué que le peuple français a pu confier son destin à un octogénaire que plusieurs esprits lucides et même très courageux, ont tourné en dérision en ces termes : un vieillard qui faisait une sieste d’une heure tous les quarts d’heure… Mais face à cette expression de dérive et de désarroi, un homme, un simple général nommé à titre provisoire a pu, sauvant ainsi la face à son pays, s’écrier en toute sincérité et en toute franchise : … moi, général de Gaulle, ai conscience de parler au nom de la France. En effet, c’est l’(homme du dix-huit juin qui a sauvé le pays, sa réputation et son avenir. Pourtant, le chemin de la renaissance et de la dignité retrouvée était semé d’embûches. Ce livre est très bien documenté, rédigé dans un style élégant et sobre, sans fioritures, abordant les sujets les plus inattendus comme les réactions de simples citoyens face à l’occupant nazi qui profanait ce que le pays de Jeanne d’Arc, de Voltaire, de Victor Hugo et de Léon Blum avait de plus sacré (...)

 

Charly Schwarz: Un nouveau souffle Aujourd'hui nous entrons dans une période d'arrêt de la croissance. Tous les signes le montrent. Les "problèmes" énergétiques, sanitaires, économiques, climatiques, etc. sont en faites des symptômes d'un système qui s’essouffle. Le "second souffle" passera par des modifications sociales et culturelles. Il faut changer notre manière de penser nos valeurs. Nous devons distinguer la croissance quantitative et la croissance qualitative. Malheureusement, nos dirigeants n'agissent pas comme s'ils comprenaient la différence entre croissance quantitative et qualitative. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Sylvain Thévoz: Egalité pour toutes et tous ! (...) Sur la RTS, l’émission Infrarouge a décidé de poser la question : « la Suisse est-elle raciste ? » plutôt que de plonger concrètement dans l’analyse des abus et des rapports de domination. Cette question, nommant "la Suisse" anonymise et déresponsabilise. La Suisse: soit tout le monde et personne. Pourquoi ne pas se demander: « la Suisse est-elle sexiste » pendant qu’on y est ? Ou: "il y a-t-il un racisme anti-blanc ?" hein, alors que ce genre de mythe est infirmé et exécuté en 5mn. [1] Les émissions à grosse écoute sont-elles condamnées à avoir de grosses ficelles pour maintenir leur taux d'écoute? Cette façon de monter en généralité en niant les études scientifiques et les rapports de terrain escamote les rapports de pouvoir et de domination. Cela maintient le déni, le tabou et la sourdine sur les voix qui réclament l’égalité et la fin des violences contre les minorités. Le rapport d'Amnesty "police, justice et droits humains" n'a pas pris une ride depuis 2007 (...)

 

Marc Schnindler: USA : le casse-tête du vote (...) Le New York Times a publié une longue enquête. Aucun système de vote n’est sûr à 100%. Mais le vote par Internet permet de modifier un bulletin de vote sans que personne ne s’en aperçoive. J. Alex Halderman, professeur d’informatique du Michigan : «Le vote en ligne suscite des risques si sévères que, même à une époque de troubles et de pandémie, ces juridictions prennent un risque majeur de miner la légitimité des résultats électoraux ». Le talon d’Achille de tout système, c’est le registre des électeurs. Il est connecté à Internet et il peut être consulté par des fonctionnaires et les sociétés qui l’ont installé. Ce sont des données publiques, mais elles sont gérées par des sociétés privées qui les stockent dans des serveurs, souvent mal protégés. Très facile pour un hacker de s’introduire dans le système, de modifier des adresses pour faire croire que des électeurs n’ont plus le droit de vote parce qu’ils ont quitté l’Etat, de modifier des bulletins ou de bloquer l’accès en réclamant une rançon. Plusieurs Etats américains ont expérimenté le système de la société Democracy Live pour faciliter le vote des malades incapables de se déplacer, des militaires et des électeurs à l’étranger. Democracy Live possède une base de données contenant le vote de millions d’électeurs. Son président jure qu’il ne partage pas ses données et qu’il ne les vend pas. Il affirme qu’il n’y a jamais eu de problème de sécurité depuis dix ans. Les experts de la sécurité conseillent quand même d’imprimer chaque bulletin ! (...)

 

Christian Brunier: Amour ! Amour ! Amour ! Signé Mozart « Le vrai génie sans cœur est un non-sens. Car ni intelligence élevée, ni imagination, ni toutes deux ensemble ne font le génie. Amour ! Amour ! Amour ! Voilà l’âme du génie », Wolfgang Amadeus Mozart. Ayant soif de retourner au concert, après cette période de confinement, nous avons admiré, hier soir, l’Orchestre de la Suisse Romande, au Victoria-Hall de Genève, dans le respect des distances sociales puisque, musicien-ne-s compris-es, la limite était de 300 personnes dans cette salle de musique. Sous la baguette du talentueux Jonathan Nott, toujours aussi tonique et souriant, le Concerto pour piano et orchestre No 23 en la majeur KV 488 a ouvert la soirée, avec au piano : Nelson Goerner. Ce virtuose argentin a notamment remporté le Concours international d’exécution musicale de Genève. Cet instrumentiste possède une dextérité et un sens de l’interprétation de haut niveau. (...)

 

David Frenkel: Infoequitable concernant les enfants palestiniens tués par Israël Un journaliste palestinien explique comment l’organisation terroriste recrute les enfants pour servir de boucliers humains. C’est un reportage édifiant que vient de diffuser l’agence de presse israélienne TPS. Pour la première fois, un journaliste palestinien raconte en détail les méthodes de recrutement du Hamas dont il a été lui-même témoin à Gaza. Depuis le début, il y a plus d’un an, de l’opération « marche du retour », organisée tous les vendredis devant la barrière qui sépare Israël de Gaza, plus de 200 Palestiniens – dont des dizaines de mineurs – ont été tués selon les bilans palestiniens, lors des affrontements avec l’armée israélienne qui ont aussi coûté la vie à un soldat israélien. (...)

 

Jean S Gowrié: Dhimmis : agenouillez-vous Car, à n'en pas douter, il n'est plus loin le temps où vous devriez vous agenouiller devant vos nouveaux maîtres et de la manière la plus avilissante qui soit : celle des "convaincus" dont on n'a même pas forcé la main. Et voici les "démocrates" du Congrès américain qui décident, à leur tour, de "s'agenouiller" pendant 8 minutes et 46 secondes (très exactement), en "hommage" à Floyd. Je n'ai, ceux qui me lisent le savent très bien, aucune sympathie particulière pour les..."flics". Cela étant et à moins que ma mémoire ne soit totalement défaillante, je n'ai pas souvenir, pour ne prendre QUE cet exemple, de dhimmis ayant manifesté et s'étant agenouillés suite à la tragédie, en 2016 à Viry-Châtillon, des deux policiers brûlés vifs dans leur voiture de service. Pis, le cas a été jugé à huit-clos. Pas de souvenir non plus de dizaines de milliers de "manifestants" pour la "mémoire" des enfants palestiniens tués à raison d'un tous les trois jours. Cela me coûte mais je cite Mediapart (rien de moins que cela). (...)

Les commentaires sont fermés.