Sylvain Thévoz: Il n'y a pas d'innocence, il n'y a que des choix

Imprimer

violette cc.jpgSylvain Thévoz: Il n'y a pas d'innocence, il n'y a que des choix

John Goetelen: Coups de froid dans l’hémisphère nord

Rémi Mogenet: Alfred de Musset et les caprices de Marianne

Maxime Provimi: Loi pour une mobilité cohérente et équilibrée, où est la cohérence ?

David Frenkel: Pourquoi John Bollton n'a-t-il pas démissionné ?

Joseph Daher: Syrie: «Nous voulons vivre»

Pascal Décaillet: C'est la ville allemande qu’on a anéantie !

Rodolphe Weibel: Boucle en cadence

 

Sylvain Thévoz: Il n'y a pas d'innocence, il n'y a que des choix Il n'y a pas besoin d'être femme pour être féministe / pas besoin d'être père pour être paternel / d'être mère pour être maternelle / pas besoin d'être un mec pour faire du mansplaining. Il n'y a pas besoin d'être centriste pour être bien à droite / Pas besoin d'être politique pour être politisé / d'être croyant pour y croire / ni d'être psy pour connaître ses limites. Il n'y a pas besoin d'armée pour savoir se défendre / pas besoin d'armes pour se faire la guerre / d'être curé pour être tout sauf un enfant de coeur. Pas besoin de tourner des films pour faire son cinéma / d'un chemin de Damas pour tomber sur son cul (...)

 

John Goetelen: Coups de froid dans l’hémisphère nord (...) Ces records de froid sont des épisodes courts. Ils n’ont pas infléchi la moyenne mondiale. Mais ils rappellent que climat et météo varient, c’est même leur nature première. Les médias ont malheureusement perdu leur capacité à analyser et relativiser ces informations. Ils n’annoncent que ce qui va dans le sens de l’hystérie apocalyptique. Exemple: le Groenland fait souvent la Une des alarmistes. La fonte de sa calotte serait dramatique. Or on apprend par la Nasa, en cherchant un peu, que l’inlandsis gagne de la glace depuis quelques années. «Jamais auparavant en juin, la calotte glaciaire du Groenland n'a augmenté de plus de 4 gigatonnes en une seule jour (depuis 1981, lorsque les enregistrements DMI ont commencé), mais maintenant la semaine dernière a passé et livré deux de ces jours - le 3 juin et maintenant hier, le 10 juin. Cette observation n’a pas fait la une des médias. Par contre la fonte de 2019 a été largement commentée et dramatisée. (...) En juillet 2017, le Groenland a battu son record absolu de froid. Ce qui n’a été diffusé qu’assez discrètement. (...)

 

Rémi Mogenet: Alfred de Musset et les caprices de Marianne J'ai lu tous les poèmes d'Alfred de Musset plus d'une fois, ayant étudié son œuvre complète lorsque j'essayais de devenir agrégé de français, et j'ai souvent été frappé par le destin de ce poète, qui avait encore une écriture classique mais laissait monter en lui des images fortes et singulières – que néanmoins il interprétait mal, trop marqué qu'il était par le classicisme, la doctrine traditionnelle. Comme l'a dit Théophile Gautier, le plus beau était ses Nuits, dont les images étaient incroyables, mais qui tendaient à l'allégorie. On se souvient que l'un d'eux se fondait sur l'idée du double, dont Musset disait qu'il le poursuivait, qu'il en avait la vision. Mais finalement le poème se termine par l'affirmation que ce double était sa solitude. Les romantiques français avaient de ces interprétations qui devaient encore beaucoup à Corneille et à Racine – pour qui les êtres fantastiques étaient l'expression idéelle des passions, des états d'âme. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Maxime Provimi: Loi pour une mobilité cohérente et équilibrée, où est la cohérence ? Je le dis tout de suite ; il faut encourager la mobilité douce et je crois que tout le monde est d’accord là-dessus. Cependant, quand je lis le texte voté en juin 2016 pour une mobilité cohérente et équilibrée, je me demande où se trouve la cohérence… (...) A-t-on pensé aux livreurs, aux plombiers, artisans etc… ? J’estime que ces gens ont le droit aussi d’être entendus et surtout écoutés… Aujourd’hui, on a l’impression d’être pris en otage et que si on ose remettre en question ces aménagements, on passe pour un vieux ringard démodé qui refuse le changement et qui vit dans le passé. Une transition doit s’opérer sur une longue période, il convient avant tout d’informer, d’expliquer, de communiquer les changements, de proposer des alternatives… Ici, on dirait que l’état a ordonné de faire le plus rapidement possible ces changements puis ensuite rien, chacun pour soi… Je déplore cette attitude et pense que Monsieur Dal Busco devrait être sur le terrain et tirer lui-même les constats de ces changements si brutaux.

 

David Frenkel: Pourquoi John Bollton n'a-t-il pas démissionné ? Ceux qui avaient qualifiés Donald Trump d’hystérique et qui lui ont attribué une stratégie de folie contre l’Iran à la suite des tirs de missiles contre deux bases utilisées par l'armée américaine en Irak, devraient réviser leur opinion à la suite de la parution du livre de John Bolton, l'ex-conseiller du président américain, The Room Where It Happened où celui-ci pris d'une flambée hystérico-revancharde distille son venin contre le président des États-Unis. Je rappelle que John Bolton ayant été limogé en 2019, entre autres, aux motifs : - qu'il voulait entreprendre des frappes contre l'Iran à la suite de la destruction d'un drone américain, - qu'il voulait frapper en premier une Corée du Nord se dotant de l'arme nucléaire, - qu'il était opposé à un accord en Afghanistan et partisan d'une guerre à tout va contre ce pays, a tout d'un hystérique qui cherche à en découdre. De plus, voici deux exemples jusqu'où peut mener l'hystérie mensongère (...)

 

Joseph Daher: Syrie: «Nous voulons vivre» Avant l’irruption de la pandémie à la mi-mars 2020, le taux de pauvreté de la population en Syrie était estimé à plus de 85 %. Il a certainement augmenté depuis. De plus, la valeur de la livre syrienne n’a cessé de chuter, diminuant d’environ 105 % depuis le début du mois de mai par rapport au dollar et de près de 360 % depuis juin 2019. Les conditions de vie de la vaste majorité de la population syrienne sont de plus en plus misérables. (...) Depuis le 7 juin, des manifestations populaires éclatent dans les régions de Sweida, Daraa ainsi qu’aux abords de la capitale Damas, dans la ville de Jaramana. Elles dénoncent la cherté de la vie et exigent la chute du régime d’Assad ainsi que le départ de ses alliés, la Russie et l’Iran. Le slogan principal des manifestant·e·s est « Nous voulons vivre », comme un appel pour plus de justice sociale et de démocratie. (...)

 

Pascal Décaillet: C'est la ville allemande qu’on a anéantie ! En 1648, l'Allemagne est détruite. Toutes les Allemagnes, presque, villes et villages. Principalement par les Suédois, mais pas seulement. Pour prendre la mesure de cette horreur, lire absolument le "Simplicius Simplicissimus", de Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen, 1668. C'est un très grand livre, un chef d’œuvre. Il faudra un siècle au monde allemand pour s'en remettre. Il faudra l'immense Roi de Prusse Frédéric II (1740-1786), l'homme qui a relevé la puissance allemande en Europe. En 1945, les villes allemandes (pas toutes, mais un nombre immense d'entre elles) sont détruites. Les pires carnages : Hambourg, été 1943, les Anglais ; Dresde, 13 et 14 février 1945, les Anglais). Berlin, Munich, Nuremberg, et tant d'autres, rasées, ou presque. (...) La campagne n'est pas touchée, mais les villes sont anéanties. Et ça n'est pas pour rien ! Il y avait, chez les Alliés, notamment britanniques, une volonté absolument délibérée de détruire non pas "les villes allemandes", mais la ville allemande, en tant que telle. (...) L'agent de cette destruction systématique fut, côté anglais, le fameux Maréchal de l'Air Harris, surnommé "le Boucher". (...) Il appartient encore aux historiens d'établir exactement les raisons politiques et stratégiques de chaque raid : Hambourg et Dresde, évidemment, que nul Tribunal international n'a jamais jugé (...)

 

Rodolphe Weibel: Boucle en cadence D’aucuns prétendent contre toute évidence que la boucle ne pourrait s’insérer dans le système cadencé. C’est faux. Plusieurs articles ont été consacrés à cette question, prouvent le contraire, avec soin. Le lecteur intéressé trouvera tout ça aux pages 74 à 77 du Rapport de la commission des travaux du Grand Conseil chargée d’étudier le projet de loi PL 12525-A. (...) Pour éclairer et mieux expliciter encore le fonctionnement de la boucle et son insertion dans le système cadencé, je propose cette nouvelle représentation. Le parcours aller-et-retour Saint-Gall – Genève – Saint Gall y est « déplié ». (...) Ce sont les trains de grandes lignes qui scandent le système cadencé. Genève – Saint-Gall est une ligne-maîtresse du réseau. Elle est actuellement exploitée en va-et-vient entre Saint-Gall et Genève. La boucle la transforme en une ligne deux fois plus longue, qui n’a qu’un point de départ, également unique point d’arrivée, Saint-Gall. Le trajet d’un train est ainsi de l’ordre de 700 km, deux fois la distance entre Genève et Saint-Gall. Une telle longueur de parcours d’un même train n’a rien d’exceptionnel en Europe. (...)

Les commentaires sont fermés.