Marc Schindler: France - la victoire en cliquant

Imprimer

echarpe maire france.jpgMarc Schindler: France - la victoire en cliquant

Claude Bonard: Russie 1812 des Genevois dans la tourmente

Edmée Cuttat: La lutte acharnée des Argentines pour la légalisation de l'avortement

Pierre Nicollier: Service de Protection de l'Adulte déficient...

Pierre Béguin: Tous au lit!

Didier Bonny: « Un ami extraordinaire »

André Thomann: La peur du gendarme

 

Marc Schindler: France - la victoire en cliquant (...) Un petit clip sur Facebook ou sur Youtube, c’est moderne, c’est efficace et ça ne coûte rien, si on tourne avec son smartphone. Moins cher qu’un apéro en terrasse. On a découvert une candidate de 60 ans à Roquebrune-Cap-Martin, qui a fait le «buzz» avec 50 000 vues pour une video sur l’application chinoise TikTok destinée aux ados. (...) Si je suis sur Facebook, est-ce que je suis sûr de gagner la mairie ? Eh bien non. Antoine Dubuquoy, spécialiste des réseau sociaux : « Cliquer est une chose. La conversion en vote en est une autre. Il faut se déplacer pour aller mettre son bulletin dans l’urne ». Les candidats les plus suivis ne sont pas ceux qui font le plus de voix. L’élection se joue sur la participation électorale des votants, pas des « amis » qui cliquent un «like». Dans les campagnes électorales d’antan, combien de candidats avaient cru à la victoire, parce que les électeurs leur avaient juré, les yeux dans les yeux : je voterai pour toi. Mais ils disaient la même chose à tous les candidats ! La victoire en cliquant, ça n’est pas pour demain. Le père Clemenceau, qui en savait un bout sur la politique, disait : »On ne ment jamais autant qu’avant les élections, pendant la guerre et après la chasse ».

 

Claude Bonard: Russie 1812 des Genevois dans la tourmente De nombreux soldats originaires de Genève et du département du Léman perdirent la vie ou disparurent en Russie. Ils étaient notamment incorporés au sein du 35e régiment d'infanterie de ligne. Au 31 décembre 1812, ce régiment ne comptait plus que 36 officiers et 76 sous-officiers et soldats selon l'étude "les Genevois sous les Aigles" que l'on doit à la plume du regretté Walter Zurbuchen, Archiviste d'Etat honoraire. Plus généralement, selon l'auteur, au cours des guerres de l’Empire, près d’un millier de conscrits de Genève et du Département du Léman sont morts au combat ou ont été portés disparus, en Prusse orientale, sur les bords du Niémen, ou encore du côté de Raguse ou de la Catalogne, en défendant une cause qui n’était pas forcément la leur. Il ne faut pas les oublier. C'est en ce funeste 24 juin 1812 que débutait la funeste campagne de Russie. La Grande Armée de Napoléon 1er comptait alors environ 614'000 hommes qui franchirent le Niémen. (...)

 

Edmée Cuttat: La lutte acharnée des Argentines pour la légalisation de l'avortement Documentaire aussi engagé que nécessaire, Que sea Ley (Que ce soit loi en français) de Juan Solanas retrace la mobilisation des femmes en Argentine entre juin et août 2018. Elles sont décidées à obtenir une légalisation de l'avortement, alors qu’une des leurs meurt chaque semaine des suites de son interruption clandestine. Adopté par la Chambre des députés, le projet a été durement discuté au Sénat pendant huit semaines. Il échouait malheureusement pour la septième fois, à sept voix près… (...) Cinématographiquement, l’opus à la mise en scène rudimentaire n’est pas majeur. Mais sa force de conviction est ailleurs. Replaçant le débat dans un contexte politique, économique et religieux, Juan Solanas soulève aussi, au-delà du sujet principal, la question de la laïcité, de la place des femmes dans une société où persiste un désir de contrôle sur leurs corps et où, de manière générale, la pauvreté a dramatiquement augmenté. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Pierre Nicollier: Service de Protection de l'Adulte déficient... Le Service de Protection de l’Adulte (SPAd) du canton de Genève a traversé et malheureusement traverse aujourd’hui encore une période très sombre. D’une part, le nombre de cas à traiter a plus de doublé entre 2008 et 2019, d’autre part, le Service a vu la démission de 20% de ses collaborateurs depuis 2015, TOUS les chefs de secteur ayant par ailleurs annoncé leur démission début 2019. La Cour des Comptes (Rapport 145) a indiqué que « la réactivité actuelle du SPAd pour la prise en charge des curatelles est insuffisante et pourrait avoir pour conséquence de péjorer la situation des personnes protégées ». Le Grand Conseil a en outre été informé par le Département de la Cohésion Sociale que plus de 27'000 factures étaient en attente de traitement... oui 27'000. Les conséquences de ce mauvais fonctionnement sont terribles pour des hommes et des femmes fragilisés qui doivent se reposer sur l’État. (...)

 

Pierre Béguin: Tous au lit! En France, la Convention citoyenne pour le climat a dévoilé récemment ses 150 propositions pour répondre à l'urgence climatique. (...) Attention! Tous au lit! comme dirait le bon Docteur Knock. Parce que là, c’est du sérieux. Surtout lorsqu’on constate que la majorité de ces propositions commencent par des verbes ou expressions comme «contraindre» «obliger» «interdire» «réformer» «changer en profondeur» «prendre des mesures coercitives» «adopter des mesures fortes» «renforcer les contrôles» «utiliser les leviers de...» «inciter à limiter» (ah! Tiens! une expression acceptable), etc. Et le bon peuple, je le crains, s’apprête à accueillir ces mesures sans distance critique, comme une bénédiction salvatrice incontournable. (...) Et pourtant! Ce n’est pas faute d’avoir été prévenus. Relisons quelques classiques avant que le Bien en ait fait des autodafés au nom du Bien avec l’impunité souveraine que procure le bouclier des bonnes causes (oui, ça a déjà commencé…). Par exemple: «Le personnage d’homme de bien est le meilleur des personnages qu’on puisse jouer aujourd’hui» (Molière, Dom Juan) (...)

 

Didier Bonny: « Un ami extraordinaire » (...) A la lecture du synopsis, on aura compris que tous les éléments sont là pour faire de « Un ami extraordinaire » un mélodrame sirupeux dont le cinéma américain a le secret. (...) A vrai dire, tel est bien le cas dans le premier tiers du film qui demande au spectateur de s’adapter aux différents niveaux de langage. Mais une fois son âme d’enfant retrouvée et le ton gentiment agaçant de Fred Rogers intégré, on peut se laisser embarquer par ce conte moderne par moment émouvant par les thèmes qu’il aborde : la famille, la paternité, l’abandon, le deuil, le pardon, la compassion. Rien donc de bien extraordinaire, contrairement à son titre, dans ce film, à la distribution impeccable, mais beaucoup d’humanité. Et c’est déjà pas mal. (2 étoiles)

 

André Thomann: La peur du gendarme Dans l’opinion populaire, c’est le commencement de la sagesse. Surtout celle des malfrats qui s’empressent de déguerpir quand ils en voient un. Mais voilà que cette peur est devenue une pandémie. Tout est parti de la mort de George Floyd, un Américain détenu par la police et mort étranglé par un policier ayant pété les plombs. Cela entre dans le langage juridique sous ‘violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner’. Et ça ne peut être que ça. C’est déjà assez grave mais ça n’est en aucun cas un meurtre et encore moins un assassinat. Le policier coupable doit être puni selon la loi et ne saurait être protégé par sa hiérarchie sous prétexte qu’à la police on doit se tenir les coudes. Il en va de l’image justement de cette police, image fortement déchirée. On ne saurait dès lors approuver ces manifestations hors-normes, quasi hystériques qui ont commencé aux USA et qui déferlent maintenant en Europe, notamment en France (...)

Les commentaires sont fermés.