Rémi Mogenet: Jean-Claude Mayor et la montagne mystique

Imprimer

mayor jc.jpgRémi Mogenet: Jean-Claude Mayor et la montagne mystique

Catherine Armand: Des antennes 5G sur nos têtes ? Attention !

Edmée Cuttat: ”Seberg”, le déclin d'une star

Sylvain Thévoz: Un enfant qui a faim, on ne lui demande pas son titre de séjour, on lui donne à manger

Marie-France de Meuron: Que faisons-nous de notre responsabilité, de notre libre-arbitre, de notre liberté?

Christian Brunier: Conjuguer l’espoir et le présent …

Mireille Vallette: Traite négrière : les détournements de l'histoire

Rémi Mogenet: Jean-Claude Mayor et la montagne mystique Jean-Claude Mayor, qui fut journaliste à la Tribune de Genève, était un homme selon mon cœur, même si je ne l'ai jamais connu. Il rassemblait les contes et légendes de la région, et j'ai lu avec ravissement son livre des Contes et légendes de Genève, qui impliquaient beaucoup la Savoie médiévale, et ses Légendes et visages du Salève, qui paradoxalement étaient davantage centrées sur la tradition propre à la cité de Calvin. À Boëge, où j'étais professeur, m'est tombé entre les mains, au collège même où j'enseignais, un petit recueil poétique qu'il a édité – et Dieu sait ce qu'il faisait là: il m'attendait, sans doute, la Providence l'y ayant posé, un ange l'y ayant amené, ou s'étant servi pour ce faire d'on ne sait quel collègue ayant rencontré Mayor dans un salon du livre inconnu. Bref, il se nomme Petit Essai mystique sur la montagne. Le soleil et la mort, et date de 1989. J'avoue en avoir adoré le style, qui s'efforce de lier le ciel et la terre – voire de les mêler. (...) Il y a en Suisse une constellation de poètes qui ne renient pas les symboles traditionnels et en font de la merveilleuse poésie – avec Cingria, avec Ramuz, avec Reynold, avec Mayor, avec Cuénod, et bien d'autres. Dans une prochaine vie, peut-être, je me ferai suisse, moi-même.

 

Catherine Armand: Des antennes 5G sur nos têtes ? Attention ! Dès l’annonce en 2018 du prochain déploiement de nouvelles antennes 5G sur le territoire suisse, de nombreuses voix se sont élevées contre une fuite en avant technologique dans un but purement économique, sans études scientifiques sérieuses préalables.Cela a été notamment le cas chez les 1500 habitants du quartier de la Gradelle à Chêne-Bougeries: pas moins de trois antennes 5G garnissent aujourd’hui les toits de leurs immeubles. Situées à quelques dizaines de mètres les unes des autres, elles cernent une crèche, une école primaire et un établissement médico-social. La concentration d’antennes dans ce quartier dense mais néanmoins paisible suscite de vives réactions de la part des riverains comme des élus locaux. Les élus ont le devoir d’écouter les inquiétudes de la population (...) La Suisse étant l’un des premiers pays à s’être lancés à large échelle dans l’équipement de son territoire en antennes 5G, nous pouvons nous permettre un temps d’arrêt. Prenons le temps de réfléchir à quelle société nous voulons pour demain (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Edmée Cuttat: ”Seberg”, le déclin d'une star Icône de la Nouvelle Vague, Jean Seberg est plus particulièrement connue en Europe pour A bout de souffle de Jean-Luc Godard, Bonjour tristesse et Joan of Arc d’Otto Preminger. Le film ouvre d’ailleurs sur l’accident qui s’est produit sur ce tournage lors de la scène du bûcher, laissant à la comédienne une brûlure indélébile, comme la cicatrice qu’elle gardera suite à la campagne de désinformation et de harcèlement dont elle a été victime. Elle se suicidera le 30 août 1979. Une mort restée mystérieuse (...) si ce thriller manque de regard, d’ambition,de singularité dans sa mise en scène, il reste, en dépit de son côté trop lisse, efficace et passionnant grâce à l’excellente interprétation de Kristen Stewart, qui se glisse avec bonheur dans son personnage. Sublime, elle ne se contente pas d’incarner, mais est tout simplement Jean Seberg dans son look, son comportement et ses attitudes. De son côté, Jack O’Connell se montre crédible en agent du FBI. On n’en dira en revanche pas autant d’Yvan Attal, pièce rapportée dans le rôle de Romain Gary, le mari de la jeune femme.

 

Sylvain Thévoz: Un enfant qui a faim, on ne lui demande pas son titre de séjour, on lui donne à manger (...) Aujourd’hui, la majorité de droite au Grand Conseil, après avoir voté 100 millions pour l’économie, 17 millions pour le salon de l’automobile, sort sa calculette pour les plus précaires de notre cité. Les fuites anonymes sur Papyrus, c’est un travail de sape pour miner ce projet de loi pour les plus précaires, ce dernier prenant pareillement appui sur les associations et syndicats pour la préparation des dossiers. Heureusement, la Ville de Genève ne louvoie pas. Annonce de prolongation d’ouverture de la caserne des Vernets, ouverture d’un appel à projets pour offrir un accueil réservé à des femmes avec un accompagnement social. Pour la magistrate socialiste Christina Kitsos, la ligne est claire : personne ne doit être laissé de côté. Il est toutefois évident que la Ville ne pourra pas, à elle seule, absorber toute l’urgence sociale et les immenses défis posés par celle-ci.

 

Marie-France de Meuron: Que faisons-nous de notre responsabilité, de notre libre-arbitre, de notre liberté? (...) La responsabilité provient du mot répondre. Nous développons cette capacité en venant au monde, tout d'abord inconsciemment et de plus en plus consciemment selon l'éducation reçue, la famille et la société fréquentées, l'existence traversée avec tous ses aléas et les expériences que nous en retirons. De quelle responsabilité témoigner face à la pandémie? La situation est une invitation à tourner le regard vers soi et à prendre conscience de la gestion de sa santé, du respect de son corps, de la priorité donnée à son bon fonctionnement, des réactions face aux sollicitations de l'extérieur. C'est aussi nous qui sommes les premiers responsables de gérer notre mode de vie. Evidemment, le système social attise la fibre de la solidarité. (...)

 

Christian Brunier: Conjuguer l’espoir et le présent … « L’espoir est contagieux, comme le rire », Joan Baez. Le philosophe André Comte-Sponville, que j’apprécie généralement, propose de cesser d’espérer, non pas pour désespérer, mais pour vivre le présent. Pourquoi vouloir absolument opposer la plénitude du moment présent avec l’espoir. Profiter de chaque instant, se concentrer sur notre présent, est la base du bonheur. Les personnes bloquées sur le passé ou angoissées par le futur n’apprécient pas l’instant vécu. La glorification du présent est un élément central du bien-vivre. Se transporter vers des projets d’avenir est tout aussi plaisant. Ce qui est terrible, c’est lorsque la pensée de l’avenir n’est que crainte de l’inconnu. (...)

 

Mireille Vallette: Traite négrière : les détournements de l'histoire Cette "Opinion" est parue dans Le Monde en 2005. Le plus grand spécialiste francophone de l'esclavage, Olivier Pétré-Grenouilleau, remet en cause certains poncifs, ceux qui ont pris une incroyable ampleur aujourd'hui. (...)

Les commentaires sont fermés.