Christian Brunier: Le beau fleuve de la vie

Imprimer

le rhone source.jpgChristian Brunier: Le beau fleuve de la vie

Marc Schindler: M le maudit

Sylvain Thévoz: Un été pas comme les autres

Antonio Gambuzza: Le PLR, ses amis politiques et Genève Inc.

Olivier Emery: Notre enfant d'accueil est parti ce 6 juillet 2020

Joseph Daher: Non à l’annexion des territoires occupés

Charly Schwarz: Le parti radical écologique (PRE), écologie de la démocratie.

Sylvie Neidinger: Catholique: la secte au nom hypertrophié

Christian Brunier: Le beau fleuve de la vie Erik Orsenna préside l’organisation « Initiatives pour l’avenir des grands fleuves ». Au début de ma direction générale à SIG, la PDG de la Compagnie nationale du Rhône (CNR) m’avait proposé d’adhérer à ce mouvement défendant les grands fleuves, particulièrement au niveau environnemental. J’avais refusé, vu mon emploi du temps trop chargé. En automne 2018, Erik Orsenna avait décidé de parcourir un bout du Rhône genevois, de la Jonction à l’Usine de valorisation des déchets des Cheneviers. Embarquement sur une barge, consommant des carburants végétaux et transportant massivement les déchets pour diminuer les transports en camions. Notre premier contact fût assez froid. Erik avait endossé son profil d’Académicien sérieux, voire coincé. Il s’assit et commença à prendre des notes en observant les abords sauvages du Rhône. La descente du fleuve se déroula dans cette ambiance studieuse. Nous échangeâmes sur nos ambitions écologiques, tellement partagées. (...)

 

Marc Schindler: M le maudit Non, Genève n’est pas en train de revivre le noir polar de Fritz Lang. Ma ville natale découvre que son politicien le plus brillant est une crapule corrompue, sans morale, qui défie la justice et ses électeurs et qui s'accroche au pouvoir comme une sangsue. (...) C’est un cas unique dans l’histoire de la Confédération. D’autres ministres ont été rattrapés par la justice ou par le scandale de leur vie privée. Ils ont tous fini par céder à la pression de leur parti et des médias. Pas Maudet. Son parti peut couler, son canton être la risée du pays, il sombrera avec le scandale qu’il a provoqué. Des psychiatres se sont penchés sur le comportement d’un homme puissant et ambitieux qui refuse de reconnaître ses fautes, qui se croit victime d’un complot pour l’abattre. Leur diagnostic : le désamour du public, le déballage médiatique et la menace d’un procès sont une humiliation qui blesse l’amour-propre de l’homme politique. Pourtant, la Suisse est magnanime avec ses politiciens déchus : ils se reconvertissent dans les affaires, dans les bonnes oeuvres ou le social. Parfois même, ils reviennent en politique. Pierre Maudet devrait relire Coluche : « Homme politique, c’est une profession où il est plus utile d’avoir ses relations que des remords ».

 

Sylvain Thévoz: Un été pas comme les autres (...) Les personnes migrantes, indispensables à l'économie genevoise, qui traditionnellement privilégient le retour au pays pour retrouver leur famille durant la saison estivale, prendront-ils le risque de voyager au loin ? Prendront-ils le risque de s'exposer à une mise en quarantaine à l'aller ou/et au retour, aux risques sanitaires liés? Les difficultés économiques vont rendre tout déplacement plus onéreux. Cela va contraindre de nombreuses personnes à ne pas bouger. Cela risque de changer le visage de notre ville et exiger davantage de réactivité de l'administration et des associations, à une période de l'année où, traditionnellement, tout ralentit. Cet été ne sera pas comme les autres. Le milieu associatif, l'administration municipale, ont travaillé d'arrache-pied pour limiter l'impact de la crise. Les travailleurs et travailleuses ont le droit de souffler et prendre des vacances. Toutefois, on doit s'interroger sur le fait que de nombreuses Genevoises et Genevois seront contraint-e-s de rester à Genève. Trouveront-ils des réponses sociales, des offres sportives et culturelles, qui soient au minimum identiques à ce qui existe d'habitude? Le péril de trouver des portes closes et des répondeurs enclenchés renforce les risques d'exclusion et de précarisation. (...)

 

Antonio Gambuzza: Le PLR, ses amis politiques et Genève Inc. (...) En 2017, après des décennies de disette fédérale, le comité genevois du PLR a porté la candidature de Pierre Maudet pour remettre sur le métier le libéralisme à la sauce genevoise. Il faut croire que les parlementaires fédéraux ont jugé utile d’élire un médecin et de centrer la politique du pays sur son fleuron biotechnologique. De ce camouflet personnel et politique, la section PLR genevoise et son champion se sont retrouvés face à face comme dans un lendemain de cuite dans lequel chacun s’est découvert ses secrets les mieux gardés et, d’Oint, le soldat Maudet est devenu un homme puis un problème, comme si cette non-élection relevait de la métaphysique. La spirale a provoqué l’intervention du PLR Suisse pour demander à sa section genevoise d’exclure P5M et, se faisant, elle lui a laissé le temps judiciaire pour mettre en pratique son injonction contre laquelle le Conseiller d’Etat peut recourir pour donner raison aux critiques politiques et morales faites à son encontre. Cette publicité sera-t-elle la formule patricienne qui sonnera la résurrection du parti au niveau local? Rien n’est moins sûr (...)

 

Olivier Emery: Notre enfant d'accueil est parti ce 6 juillet 2020 Par définition famille de transition rime avec prochaine séparation. En l'occurrence notre petit prince africain, 19 mois au compteur, nous quittait hier 6 juillet après un séjour de près de 6 mois en notre maison. Non sans un petit pincement au coeur car, forcément et tant mieux, des liens d'attachement se sont créés entre lui et nous. C'est le prix inévitable à payer en fin de mandat. Un prix tempéré il est vrai par la consolation de la "mission accomplie" et aussi par un certain soulagement car notre petit bonhomme, toujours plein de vie et d'énergie, réclamait beaucoup d'attention. Restent tous ses progrès dans le langage, dans la mobilité, dans la gestion de ses émotions. Restent son lumineux sourire (...)

 

Joseph Daher: Non à l’annexion des territoires occupés (...) Plaine agricole militarisée aux ressources aquifères, la vallée du Jourdain qu’Israël souhaite annexer est une langue de terre stratégique comptant pour environ 30 % de la Cisjordanie occupée (hors Jérusalem-Est) et située le long de la frontière jordanienne. Elle est également convoitée pour son industrie agricole et ses ressources en eau dans cette région semi-désertique. C’est dans cette vallée que les autorités israéliennes ont conduit le plus de démolitions depuis 2009, détruisant environ 2400 constructions de Palestinien·ne·s. Le gouvernement israélien a très clairement annoncé que les Palestinien·ne·s vivant dans les zones qu’il annexera ne recevront pas la citoyenneté et auront un statut inférieur. Ce constat rappelle que l’apartheid existe déjà au travers d’un réseau d’infrastructures, de lois et de pratiques discriminatoires. Environ 10 000 des 450 000 colon·e·s israélien·ne·s établi·e·s en Cisjordanie occupée (trois fois plus que lors de la signature des accords d’Oslo) et 65 000 Palestinien·ne·s vivent dans la vallée du Jourdain. À Jéricho, des manifestations populaires massives ont lieu depuis le 19 juin sous les slogans « Pas d’État palestinien sans la vallée du Jourdain » ou « La Palestine n’est pas à vendre ». (...)

 

Charly Schwarz: Le parti radical écologique (PRE), écologie de la démocratie. (...) La démocratie montre que tout est lié : l'esprit démocratique dans la population requiert sa sérénité. Des problèmes répétés incitent à l’abstention ou au vote extrémiste. Les défauts d'éducation desservent l'affirmation de la démocratie comme les problèmes de logement ou les difficultés d’accès au Droit. Mais la démocratie est une preuve de la responsabilité du citoyen. Ses décisions de voter ou pas, de voter par habitude ou par colère, de voter après réflexion ou pas, de s’informer ou pas, de faire pression sur les élus ou pas, de s’impliquer en politique ou pas, d’intervenir dans les médias ou pas, de s’engager dans les associations ou pas, … affirment ou non une démocratie. (...)

 

Sylvie Neidinger: Catholique: la secte au nom hypertrophié Le 25 juin dernier, la Conférence des Evêques de France mettait en garde contre la CRC en publiant un...:" Avertissement concernant la doctrine de la Contre-Réforme Catholique ». (...)Le 1er juillet 1997, Georges de Nantes est frappé par un interdit qui l'envoie en exil dans un monastère en Suisse à Hauterive. "De retour en France, alors qu'il s'était engagé à ne pas revenir, l'abbé de Nantes fait appel de ses sanctions auprès du tribunal de la Signature apostolique, appel rejeté en 2000 "(wiki) Le mouvement est signalé comme sectaire dès 1995, en France, en Belgique etc : soumission au leader spirituel, embrigadement, langage hermétique, enfants enrôlés, pression financière, insertion dans la sphère intime de l'habillement, la sexualité, culpabilisation, manipulation, autoritarisme, obéissance. Le nombre d'adeptes évalué à 25 000 dans les années 70 serait passé à 300 familles (sous réserve) . Finalement une contradiction ne surgi-elle pas à dire que la secte Contre Réforme Catholique serait en décroissance? Puisque la Conférence des Evêques de France signale par un communiqué sa...dangerosité prosélyte active

Les commentaires sont fermés.