Haykel Ezzeddine: Les écureuils de SID

Imprimer

graphiti Bachet Pesay haykel.jpgHaykel Ezzeddine: Les écureuils de SID

Daniel Warner: Departure of OSCE head a setback for dialogue and negotiation

François Baertschi: Travail clandestin: les esclaves modernes

Marc Schindler: France, Club Med du virus

Anne Cendre: Les Gos de la montagne

Demir Sönmez: le Traité de Lausanne et l'église Sainte-Sophie

John Goetelen: Retour de la France des bouseux

Didier Bonny: Du grand au petit écran

Alain-René Arbez: Origines et sens du chapelet

Eric Segapelli: Joe R. Lansdale

Haykel Ezzeddine: Les écureuils de SID La scène du street art à Genève, n’a jamais été aussi féconde qu’en cette période de Coronavirus. Inspirés les artistes multiplient les chantiers urbains à travers tout le canton. Deux évènements de taille sont programmés pendant la saison estivale. Actuellement et jusqu’à la fin de ce mois une trentaine d’artistes travaillent pour transformer la piste cyclable du vélodrome de Frontenex en la plus grande œuvre d’art urbain collective de Suisse sur une surface de 2250 m2. Le 8 et le 9 août aura lieu à Lancy l’incontournable "Pump Up The Jam" volume 6 avec un rassemblement xxl avec six artistes pour 6 fresques géantes sur des immeubles appelés a être détruit. Esprit, Amikal, Swalt, Whyre et Stiiv de Genève ainsi que Kanos de Paris utiliseront des élévateurs pour graffer une surface de 2000 m2. (...)

 

Daniel Warner: Departure of OSCE head a setback for dialogue and negotiation Thomas Greminger's departure from the European security body shows that Swiss ideals of neutrality and humanitarianism are being challenged in the multilateral system. (...) The situation may be temporary. Greminger could be re-elected after negotiations. But what is not temporary is the politicization of the major, inclusive European security organization. The history of the OSCE is one of continuing dialogue and mediation even during the Cold War. It has no permanent army; the OSCE functions by moral persuasion. The non-re-election of Thomas Greminger is not only a setback for the OSCE, but it is also a major setback for dialogue and negotiation. Unfortunately, the departure of the highest-ranking Swiss in the international system also shows how the Swiss ideals of neutrality and humanitarianism are being challenged across the multilateral system. As with the coronavirus pandemic, one must continue to wash one’s hands these days.


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


François Baertschi: Travail clandestin: les esclaves modernes Le référendum que viennent de lancer le MCG et l'UDC pose une question centrale pour la société genevoise. Peut-on accepter d'avoir des employeurs qui exploitent et sous-paient des clandestins, véritables "esclaves" de la Genève du 21e siècle? Nous ne contestons pas le principe d'un soutien aux personnes clandestines sous la forme d'une aide sociale exceptionnelle dans le cadre de la crise Covid. Mais ce qui nous est proposé par le Conseil d'Etat et ce qui fait l'objet du référendum n'est en aucun cas acceptable: l'Etat finançant la perte de gain d'un travail clandestin. Un travail qui est très souvent payé de manière indécente et indigne de notre ville prétendument capitale des droits de l'homme. D'aucune manière nous ne pouvons accepter que des personnes se retrouvent dans un état de non-droit, soumises au bon-vouloir d'employeurs qui les exploitent. (...)

 

Marc Schindler: France, Club Med du virus (...) C’est là que le génie administratif français donne toute sa mesure. Le bon Dr Véran, ministre de la Santé, a précisé qu’on ne pouvait pas obliger un passager à se faire tester, car l’Etat n’a pas transféré ce pouvoir de police à Paris Aéroport. S’il est volontaire, le passager pourra se rendre au centre de dépistage, où un étudiant en médecine fera un test. Un coursier transportera l’échantillon dans un laboratoire. Le passager laissera ses coordonnées et on lui notifiera par mail le résultat. Mais il faut un numéro de téléphone français pour accéder au résultat. S’il est positif, on lui recommandera de rester chez lui pour ne pas contaminer les autres. On se croirait revenu au temps des relais de poste ! (...)

 

Anne Cendre: Les Gos de la montagne La famille d’artistes Gos a beau être genevoise depuis le 18e siècle, elle est plus connue en Valais qu’à Genève. La preuve en est donnée par l’exposition qui lui est consacrée à la Médiathèque de Martigny, intitulée Les Gos, une montagne en héritage. Une petite précision s’impose. Le nom se prononce comme un gosse, mais il ne faut pas confondre avec la famille Gosse, également connue, mais dans le domaine scientifique et à l’origine du Mont Gosse, sur le Salève. Alors que les Gos sont reliés aux Alpes suisses et particulièrement valaisannes. Quelques points communs unissent toutefois les deux familles. Protestantes, elles sont arrivées à Genève après la Révocation de l’Edit de Nantes, les Gos venant de la Drôme et les Gosse d’Alsace. Mais revenons aux Gos. La fibre artistique remonte à Pierre Gos, accédant à la bourgeoisie de Genève en 1791 : il était peintre sur émail. (...)

 

Demir Sönmez: le Traité de Lausanne et l'église Sainte-Sophie (...) Le 24 juillet 2020, le fasciste islamique Erdogan a transformé l'héritage sacré du monde chrétien en mosquée et son président des affaires religieuses Dr. Ali Erba? a lu le sermon religieux de vendredi avec une épée à la main à la même manière que celle du chef de l'Etat Islamique Bagdadi. Rappelons que le chef de l'Etat Islamique Bagdadi avait lui aussi déclaré l'Etat Islamique avec une épée à la main et des prières. Le message est des plus clair ; Aujourd'hui, l'Etat Islamique a été déclaré dans l'église Sainte-Sophie et le monde chrétien a été menacé par l'épée. Rien n'a changé depuis 1453 (...) Le 24 juillet 2020 à Genève, plus deux cents manifestants kurdes et ses amies se sont rassemblées sur place de Navigations et ont défilé à la place Neuve contre le Traité de Lausanne conclu le 24 juillet 1923, les attaques turques sur le nord de la Syrie et demandant le jugement et la condamnation de la Turquie pour crimes de guerre.

 

John Goetelen: Retour de la France des bouseux (...) Preference nationale, protection des citoyens et citoyennes, valorisation du régional, du local, du petit, du minuscule, quels changements de ton et de discours ! On dirait que la France est peuplée de clones de Marine Le Pen, ou de Jean-Pierre Chevènement, ou encore de bien d’autres. France 2 est presque devenue télé RN. Amazing. En quelques semaines il est redevenu possible de parler de souveraineté sans se faire traiter de facho. Ce cocovir fait des miracles. Les extrémistes veulent casser le trafic aérien et la voiture. Restons donc chez nous à compter les coccinelles. Babybel choisit d’illustrer le camp du bien en rejoignant les forces du bon. Bon, on va commencer à modifier le vieux logiciel et remettre du débat dans les chaumières. Ça ne peut pas faire de mal.

 

Didier Bonny: Du grand au petit écran (...) « Toni Erdmann » plaît par son originalité, son imprévisibilité, ses scènes qui font rire jaune, le plus souvent, ou à gorge déployée (il vaut la peine de voir le film rien que pour le brunch d’anniversaire), sa relation père-fille émouvante, son côté déjanté et loufoque (par exemple la scène de sexe ou quand l’héroïne chante, fort bien d’ailleurs, une chanson de Whitney Houston), sa critique sociale et son couple d’acteurs, à commencer par Peter Simonischek parfaitement crédible dans le rôle très complexe de Toni Erdmann. Beaucoup de qualités donc pour un film inclassable qui mélange comédie, satire et drame social. Pourtant, et peut-être à cause de ce mélange des genres, le film ne convainc pas totalement sur sa longueur excessive (2h42), son propos en devenant répétitif. Il n’en demeure pas moins que « Toni Erdmann » est une œuvre cinématographique qui mérite une attention particulière. 3 étoiles. « Toni Erdmann ». ARTE, mercredi 29 juillet, 20h55.

 

Alain-René Arbez: Origines et sens du chapelet Comme la cloche, le chapelet est originaire d’Asie. C’est au départ une création indienne qui remonte à des millénaires, et dont le but est de canaliser les pensées de l’homme autour d’une prière. Le chapelet a donc existé dans l’hindouisme et dans le bouddhisme bien avant d’apparaître comme support de la foi dans le christianisme d’Orient et d’Occident. Le chapelet originel indien est dénommé « mala », ce qui signifie en sanscrit : collier de méditation, car il est souvent porté autour du cou. Dans le bouddhisme, il comporte 108 graines ou perles, correspondant aux 108 noms du bouddha. Sa récitation se veut être un apaisement spirituel pour guérir les blessures de l’âme. Les grains successifs servent à concentrer la pensée autour d’un thème méditatif ou d’un mantra. (...)

 

Eric Segapelli: Joe R. Lansdale Découvert dans une librairie au rayon des occasions, il y a de cela environ une année, j’avais évoqué Le Sang Du Bayou, un recueil composé de trois romans emblématiques de Joe R. Lansdale que l’on connaît davantage pour sa série de polars déjantés mettant en scène Hap Collins et Léonard Pine, deux enquêteurs atypiques qui se retrouvent embringués dans des affaires pour le moins détonantes et parfois hilarantes avec cet humour grinçant qui caractérise la série. Auteur prolifique, Joe R. Lansdale a également marqué son lectorat avec des récits beaucoup plus sombres à l’instar de ceux qui composent ce recueil débutant avec Un Froid d’Enfer, se poursuivant avec Les Marécages pour s’achever avec Sur La Ligne Noire. Se déroulant dans les années 30 en empruntant les codes du thrillers avec cette série de prostituées noires sauvagement assassinées, un bon nombre d’aficionados de Lansdale considère Les Marécages comme l’un des chefs-d’oeuvre de l’auteur qui a d’ailleurs obtenu le prix Edgar Allan Poe avec cet ouvrage se déroulant comme les deux autres du côté de la Sabine, une rivière située dans la région de l'East Texas et qui fait office de frontière naturelle avec l'état de la Louisiane. (...)

Les commentaires sont fermés.