Sylvain Thévoz: Un premier août pour se souvenir de l’avenir

Imprimer

1er août 2019.jpgSylvain Thévoz: Un premier août pour se souvenir de l’avenir

Charly Schwarz: Que fêtez-vous le 1er août ? J'ai répondu...

Pascal Décaillet: Mais faut-il à tout prix discuter ?

Jean-Noël Cuénod: Bonne fête masquée, la Suisse !

Gens de Bardonnex: Un Premier Août de l'an I de l'ère Covid

Antonio Gambuzza: Fazy, les remparts et les pistes cyclables

David Frenkel: Campagne présidentielle américaine, ce que les médias nous cachent

Sylvain Thévoz: Un premier août pour se souvenir de l’avenir Le préambule de notre constitution suisse est parmi l’un des plus beaux textes qui soit. C’est une grande joie de revenir se placer face à lui à l’occasion de la fête nationale. Tout d’abord, parce qu’il contient le rappel d’une transcendance. A l’heure où le court-termisme, la consommation effrénée, l’effacement de soi ou l’orgie narcissique nous oppressent, ce texte nous replace dans une histoire dont l’individu n’est pas la seule mesure. Il nous rappelle à notre existence transitoire et à notre humilité. Il nous invite à être avant tout les relais actifs d’une entité qui nous dépasse. (...) Toujours est-il que quelque chose nous pré-existe. Une Création (à l’origine était un don), duquel nous sommes à la fois responsables et garant-e-s. Cet héritage reçu, il nous revient, individuellement et collectivement d’en prendre soin. Quelle simplicité, quelle beauté dans ce texte ! Cette puissance supérieure est mise au service d’une alliance, une union pour « renforcer la liberté, l’indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d’ouverture au monde ». (...)

 

Charly Schwarz: Que fêtez-vous le 1er août ? J'ai répondu... (...) Certains imaginent que les temps anciens étaient meilleurs et que célébrer la Suisse c’est rêver d’un monde harmonieux et simple où tous les problèmes trouvaient une réponse facile. Or, la réalité est bien différente, notre avenir ne peut se limiter à conserver ce que les générations précédentes ont construit. Chaque génération doit réinventer sa manière d’être suisse, mais les souvenirs du 1er août, de ces moments de bien-être collectif, nous aident à vouloir participer à l’effort commun pour faire de la Suisse un pays où toutes les générations vivent bien. Une grande partie de ces défis se posent aujourd’hui à l’ensemble des pays industrialisés. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Pascal Décaillet: Mais faut-il à tout prix discuter ? La souveraineté n'est pas une option, comme le serait le gadget d'une nouvelle automobile. Si on se veut pays, si on se déclare tel dans le monde, alors il faut l'indépendance. Il faut la souveraineté. Et il faut s'en donner les moyens. Sinon, à terme, c'est l'intégration dans un empire plus vaste, ce que d'aucuns souhaitent, pas moi. Nation ou partie d'un empire, il faut choisir. L'empire n'est pas le diable, c'est une option. Simplement, ça n'est pas la mienne. Comme humain, comme citoyen, comme petit entrepreneur, je sais ce que signifie pour moi l'indépendance. C'est vital. C'est cela, ou la mort. D'autres voient les choses autrement, se fondent volontiers dans un groupe, c'est leur affaire. Moi, je suis sauvage, intraitable, j'ai besoin de décider de mon destin, au maximum de ce qui dépend de moi. C'est ainsi. Ce qui vaut pour un humain, vaut pour un pays. (...)

 

Jean-Noël Cuénod: Bonne fête masquée, la Suisse ! (...) Même si consommer en Suisse coûte bonbon, le pouvoir d’achat y est nettement plus élevé que dans les Etats voisins. Ce qui rend la pauvreté d’autant plus insupportable à ceux qui la subissent ; ils sont de plus en plus nombreux depuis que la contamination a pris les économies en grippe. Passant de la xénophobie à la générosité, de la fermeture à l’ouverture, décidément les Suisses relèvent de l’oxymore…Tiens, à ce stade du papier, je suis en train de me demander qui puis-je bien être ? Qu’est-ce qui me fait Suisse, même au fin fond du Périgord Vert ? La langue ? Je parle celle de mes voisins qui ont lu les Fables de La Fontaine à l’école, tout comme moi. La littérature ? Rousseau, Constant, Germaine de Staël, Cendrars, Jaccottet, Bouvier participent de la civilisation française, comme Dürrenmatt, Frisch et Walser enrichissent la culture germanique. (...)

 

Gens de Bardonnex: Un Premier Août de l'an I de l'ère Covid (...) Rien n'a perturbé la fête nationale suisse du 1er Août à Bardonnex, ni la canicule ni même le Covid quoiqu'il a réduit l'affluence de deux tiers, principe de précaution et respect des directives bernoises obligent. Avec seize autres municipalités genevoises, la Mairie n'avait pas renoncé à commémorer le serment des trois Suisses sur la prairie du Grütli au début d'août 1291. Le récit national n'a pris sa forme actuelle qu'à la toute fin du XIXe siècle , a rappelé le nouvelle maire élue, Béatrice Guex-Crosier dans un discours bien construit, convenu, religieusement écouté et poliment applaudi. Désormais la plupart des Suisses croient dur comme fer que la naissance de leur nation - mais la Suisse est-elle un nation - colle à cette belle histoire d'une résistance alpestre. La louve romaine, Astérix le Gaulois ou Guillaume Tell, peu importe le flacon… (...)

 

Antonio Gambuzza: Fazy, les remparts et les pistes cyclables (...) Décembre 2019 a vu une pierre angulaire être scellée entre les trois régions que sont la Romandie, l’Ain et la Haute-Savoie, afin de redéfinir les déplacements des personnes et des services. Si les autoroutes de nos voisins pourraient s’inscrire dans l’évitement des hameaux et villes, les transports publics font cruellement défauts et, pour atténuer l’appétit des sociétés autoroutières qui prévaut dans la planification régionale des déplacements ne peut que passer par un désaccord. Après avoir connecté Genève et Annecy, notre grand voisin souhaite relier par une voie rapide Evian à Étrembière. (...)

 

David Frenkel: Campagne présidentielle américaine, ce que les médias nous cachent Les médias dits "traditionnels" cherchent à formater l'opinion publique en publiant des informations de plus en plus biaisées, et développées avec une douteuse unanimité. Ce faisant, ils piétinent leurs devoirs déontologiques qui appellent à fournir aux gens toutes les données nécessaires afin qu'ils puissent se forger leurs propres idées sur l'actualité. Alors, concernant la campagne présidentielle américaine 2020, Dreuz info publie chaque jour les événements essentiels qui entourent cette élection, et cela sans aucun parti-pris, et n'en déplaisent à beaucoup, en se basant sur des faits, rien que sur des faits. Voici ce que l'on peut y lire au 95ème jour qui précède le scrutin : (...)

Les commentaires sont fermés.