Jean-Noël Cuénod: Le Liban n’a jamais été « la Suisse du Proche-Orient »

Imprimer

liban drapeau ldd.jpgJean-Noël Cuénod: Le Liban n’a jamais été « la Suisse du Proche-Orient »

Olivier Staiger: un train de satellites (video)

Marie-France de Meuron: Il est temps de se dédier à la salutogenèse

Demir Sönmez: Les larmes aux victimes des explosions de Beyrouth

David Frenkel: Emanuel Macron, cessez vos phrases qui ne veulent rien dire

Charly Schwarz: Le nombre de suicide augmente chez les seniors

 

Jean-Noël Cuénod: Le Liban n’a jamais été « la Suisse du Proche-Orient » Depuis plusieurs années, l’économie libanaise ne fonctionne plus. Beyrouth était pourtant appelée jadis « la Suisse du Proche-Orient » par des médiacrates ne connaissant pas le Liban et encore moins la Suisse. Sa prospérité de jadis s’appuyait sur le secteur financier et les transactions commerciales menées par les nombreux réseaux internationaux de sa diaspora. La livre libanaise a été considérée pendant des lustres comme une monnaie forte et stable. A la veille de la guerre civile qui a ensanglanté le Liban entre 1975 et 1990, 1 dollar valait 3 livres libanaises ; au cours de vendredi 7 août 2020, pour un dollar vous recevez… 1507, 94 livres ! Déstabilisé par cet interminable conflit interne, la place financière libanaise a été supplantée au Proche-Orient par celle de Dubaï. L’autre rare point fort de l’économie libanaise, l’agriculture, a sombré à son tour sous les coups de la guerre civile. Cela dit, si le Liban ne s’est jamais remis de ce long épisode belliqueux, les ferments de la décomposition vibrionnaient déjà dès la naissance de son « Etat ». Placé comme la Syrie, sous mandat[3] de la France par la Société des Nations avant la Seconde Guerre mondiale, le Liban a subi les vicissitudes dues à l’effondrement de l’armée française en 1940, aux querelles en Syrie et au Liban entre représentants de la France Libre du général de Gaulle et ceux du régime de Vichy, ainsi qu’aux manœuvres britanniques pour tenter d’amener Syriens et Libanais dans l’orbite de Sa Très Gracieuse (mais Gourmande) Majesté. (...)

 

Olivier Staiger: un train de satellites (video) Vu ce matin : un train de satellites . Ce sont 57 satellites Starlink et 2 Blacksky , qui ont été mis en orbite vendredi matin depuis la Floride. Si vous allez voir les Perséides ces prochaines nuits ( maximum le 12 août ) vous risquez de voir ce train de satellites. Hé non, ce n'est pas un OVNI !


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Marie-France de Meuron: Il est temps de se dédier à la salutogenèse Même si cette appellation paraît étrange, elle dit bien ce qu'elle signifie : "la genèse de la santé". Depuis quelques décennies, la médecine s'appuie sur la science stricte pour étudier la pathogenèse, tout en étant cadrée par les statistiques et les modélisations et incitant les industries pharmaceutiques à se développer jusqu'à s'imposer énormément pour ne pas dire démesurément. La situation coronavirale met en évidence à quel point ce mode de procéder évacue la notion de globalité de l'être humain, son individualité - il n'y a aucun être identique à un autre - et son pouvoir créatif en chaque instant, ce qui lui permet d'agir ou de réagir de façon particulière et distincte face à une sollicitation similaire qui touche toute une communauté. (...) C'est dans un contexte similaire que le sociologue médical Aaron Antonovsky (1923-1994) s'est posé la question : "Pourquoi les êtres humains restent-ils en bonne santé malgré certaines conditions défavorables et événements critiques de leur vie?" (...)

 

Demir Sönmez: Les larmes aux victimes des explosions de Beyrouth Vendredi après-midi plus deux cents personnes se sont rassemblées sur la place des Nations pour rendre hommage aux victimes de Beyrouth. Des larmes pour les victimes de l'explosion à Beyrouth. Libanais de Suisse demandent justice et démission d'un gouvernement libanais jugé incompétent et corrompu. (...)

 

David Frenkel: Emanuel Macron, cessez vos phrases qui ne veulent rien dire Emmanuel Macron lors de sa visite au Liban, ancienne colonie française, a déclaré «J’offrirai au Liban un nouveau pacte politique. Je reviendrai le 1er septembre, et s’ils ne le font pas, j’assumerai la responsabilité politique ». Sus aux propos à résonance paternaliste et aux relents colonialistes. D’ailleurs, de quel Liban parle-il ? De celui qui est gangrené par le Hezbollah, marionnette de l’Iran qui est sous la férule de Ayatollah Khamenei ou de ce pays du cèdre qui aspire à vivre dans un cadre démocratique ? Il faut savoir que la France, contrairement à de nombreux pays a refusé de classer le Hezbollah comme groupe terroriste. La différence qu’elle fait entre sa branche politique et sa branche armée relève d’un sémantisme intelligible, car elle fait comme si l’une ne dépendrait pas de l’autre. De plus, vous, Monsieur le Président français, vous contournez à qui mieux mieux les sanctions américaines contre l’Iran des mollahs. (...)

 

Charly Schwarz: Le nombre de suicide augmente chez les seniors Comme dans la plupart des autres pays, le nombre de suicides augmente avec l’âge, surtout chez les hommes. En Suisse on dénombre 35 cas pour 100'000 habitants chez les 65-84 ans, et même à 70 chez les plus de 85 ans, 10 chez les femmes. Pourtant, cette situation ne suscite guère l’attention de l’opinion publique, au contraire: le suicide chez les personnes âgées est un fait accepté. Les stéréotypes négatifs sont très répandus; on considère par exemple le désespoir et la solitude chez la personne âgée comme un fait normal. On observe ainsi une certaine «compréhension» de la part de la population comme des professionnels envers le suicide d’une personne âgée.

Les commentaires sont fermés.