Haykel Ezzeddine: Genève, capitale du graffiti

Imprimer

bachet graffiti.jpgHaykel Ezzeddine: Genève, capitale du graffiti

Rémi Mogenet: Le Farinet de Ramuz

Djemâa Chraïti: Covid-19 - La Tunisie résiste avec sagesse

Cédric Ségapelli: Colin Nie

Claude Bonard: Téflon, Kevlar ou Lycra...

David Frenkel: L'inconséquence de nos autorités

Didier Bonny: Du grand au petit écran

Haykel Ezzeddine: Genève, capitale du graffiti Ce week-end, Genève est la capitale du street art. Une brochette d’artistes locaux et internationaux travaillent dans la bonne humeur et sous une chaleur torride pour embellir un ensemble d’immeubles appelé à la destruction le mois prochain. Des tours de 10 étages y prendront place. « Pump up the jam » qui est à sa 6ème édition a fait le plein cette fin de semaine. Je ne compte plus les graffeurs et les graffeuses de renom qui ont fait le déplacement à Lancy et plus exactement au Chemin de Pesay. C’est l’une des rares occasions de voir une telle concentration d’artistes. (...)

 

Rémi Mogenet: Le Farinet de Ramuz On m'a apporté de Savoie le roman de Ramuz appelé Farinet ou la fausse monnaie – car les Savoyards cultivés lisent volontiers Ramuz, qui au fond parle d'eux. Il situait souvent l'action de ses livres parmi les montagnards catholiques du Valais francophone, consacrant leur vision du monde en l'épousant jusque dans leur style, leur langage. (...) C'est poétique, car cet or des montagnes est naturel, c'est un don de Dieu – et le fait est que la partie la plus enchanteresse du roman est celle où la nature est dépeinte, avec ses montagnes qui sont des personnes (c'est dit explicitement), qui ont une âme, des sentiments, une pensée, une volonté. Laquelle? Celle de favoriser la liberté. Car Farinet meurt en proclamant que celle-ci vit avec lui, il en fait une personne, un peu comme Jean-Claude Mayor faisait de la Mort et du Destin des gens réels qu'il rencontrait lors de ses séances d'escalade. Farinet n'a pas voulu se soumettre, au bout du compte – même s'il en a eu la tentation. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Djemâa Chraïti: Covid-19 - La Tunisie résiste avec sagesse Djerba - Une belle surprise en partant en vacances en Tunisie, d'abord le sérieux avec lequel le gouvernement organise la prévention, prise de température dans les hôtels, à l'aéroport, dans les grands magasins et désinfectant partout. Le personnel a l'obligation de porter dans les zones touristiques partout le masque appelé plus communément "la bavette". Pas d'hystérie collective (...) Les Tunisiens prennent ça avec une certaine distance et quand on leur demande comment ils expliquent le peu de cas, ils donnent leurs raisons que voici : ""alhamdulillah!" Dieu soit loué, nous avons l'harissa (un piment fort) et l'ail! Si chacun fait attention, alors on ne verra pas le Covid nous attaquer !" Cela dit, pour parler chacun baisse son masque mais le plus amusant c'est que l'autre en face pour mieux écouter le baisse aussi. (...)

 

Cédric Ségapelli: Colin Niel Ingénieur agronome et en génie rural des eaux et forêts, Colin Niel a séjourné durant plusieurs années en Guyane française en participant notamment à la création du parc amazonien de la Guyane en tant que chef de mission. De ce territoire méconnu, multiculturel, abritant une biodiversité à nulle autre pareil l’homme s’est mis en tête de raconter les dérives qui en découle telles que l’immigration clandestine, l’orpaillage abusif par des garimperos sans scrupule et cette drogue qui ravage la jeunesse de la région. Tout un registre de dérive sociale qu’il décline par le biais du polar en mettant en scène, dans ce que l’on appelle désormais la Série Guyanaise, le capitaine de gendarmerie André Anato, un noir marron en quête de ses origines. Edité depuis 2012 chez Rouerge Noir, la maison d’édition a eu la bonne idée de composer un recueil des trois premiers romans de la série qui en compte désormais quatre et qu’il convient de lire dans l’ordre sans que cela ne soit vraiment indispensable. Néanmoins il faut prendre conscience que la quête du capitaine Anato quant à ses origines et aux événements tragiques qui ont frappé ses parents devient une espèce d’arche narrative qui relie l’ensemble des ouvrages ce qui explique que les trois premiers d’entre eux sont désormais publiés sous la forme de ce superbe recueil débutant avec Les Hamacs De Carton. (...)

 

Claude Bonard: Téflon, Kevlar ou Lycra... (...) Vous m'avez compris, les physiocrates sont des partisans inconditionnels de la monarchie et s'appuient sur elle pour propager leur doctrine (libérale). En 1789, ça fait désordre. La Révolution française faisant son œuvre, Pierre Samuel du Pont, député de Nemours aux Etats Généraux, fidèle au roi Louis XVI sent progressivement le vent tourner. Il fait habilement le dos rond puis se décide tout de même à émigrer aux Etats-Unis en 1800 avec sa famille. (...) Son fils Eleuthère Irénée, passionné de chimie et disciple du grand Lavoisier, lui aussi guillotiné le 8 mai 1794 à Paris, se lance alors dans la fabrication de poudre à canon. (...) C'est le début d'une saga qui va aboutir à la création puis à l'âge d'or de la maison Du Pont de Nemours si familière aux Américains...... et aux Genevois.

 

David Frenkel: L'inconséquence de nos autorités L’ambassadrice suisse sur place, Monika Schmutz, a catégoriquement exclu hier toute aide financière au gouvernement libanais, craignant que le pouvoir ne s’approprie l’aide financière. La Suisse craint que le gouvernement, considéré corrompu, n’accapare les aides financière, a-t-elle ajouté comme justification… On peut s'étonner de cette décision quand on sait que la Confédération helvétique n'est pas si regardante quand il s'agit de financer l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (en anglais : United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East UNRWA). L'année dernière la Suisse a octroyé à cette dernière plus de 22 millions de francs. (...)

 

Didier Bonny: Du grand au petit écran Dallas, 22 novembre 1963, assassinat du président des Etats-Unis John Fitzgerald Kennedy, sous les yeux de son épouse, Jacqueline Kennedy. Le film s’attache à raconter la semaine de la désormais ex-First Lady qui a suivi cet événement particulièrement traumatisant pour elle et son combat pour que son mari ait le droit à des funérailles grandioses pour marquer l’Histoire. Il faut bien reconnaître que le film de Pablo Larrain soigne les détails et est très agréable pour l’œil. (...) 2 étoiles. « Jackie ». RTS 2, dimanche 9 août, 22h05.

Les commentaires sont fermés.