Xavier Comtesse: Genève se vide

Imprimer

Genève office tourisme.jpgXavier Comtesse: Genève se vide

Mireille Vallette: L'Etat verse 40'000 francs à une mosquée d'Erdogan

Djemâa Chraïti: La jeunesse libanaise joue la carte de la solidarité

Rémi Mogenet: La soumission de Michel Houellebecq

Daniel Warner: Geneva: The Home of Lost Causes

Edmée Cuttat: ”L'ours en moi”, un hymne du Suisse Roman Droux à un animal captivant

David Frenkel: Liban : il faut extraire le mal à la racine

JF Mabut: Genève en rouge

John Goetelen: Où meurt-on le plus du Cocovir ?

Jean-Philippe Meyer: Le Boeing 747 aujourd’hui, ou la mort d’un mythe volant

 

Xavier Comtesse: Genève se vide Les deux leaders de la banque privée genevoise Pictet et Lombard construisent en périphérie, à Pont Rouge et à Bellevue, chacun sa gare et sa sortie d’autoroute, loin du centre-ville. C’est une révolution urbaine pour Genève. Chaque jour, des milliers d’employés ne vont plus pénétrer en ville. Commerces et restaurants de proximité vont souffrir. Les rentrées fiscales vont en pâtir et la circulation sera allégée. Mais est-ce le seul constat? Non bien sûr, la crise sanitaire avec le port du masque et la distance sociale a amené la généralisation du «home office» et l’envie d’habitat à la campagne... la ville semble s’effondrer sur elle-même! Faisons donc le point sur l’avenir de la ville. D’abord Genève n’est pas un cas particulier. On peut retrouver ce modèle d’évolution par le vide ailleurs: Barcelone, Berlin, Zurich pour ne citer que quelques villes européennes. (...)

 

Mireille Vallette: L'Etat verse 40'000 francs à une mosquée d'Erdogan Fedpol, comme l’ont appris les lecteurs de ce blog, finance de nombreuses activités destinées à empêcher les chrétiens, juifs, polythéistes, jeunes séduits par l’extrême droite ou l’extrême gauche de se radicaliser. Pas totalement sûr que les brochures, dialogues, multiplication d’aumôniers musulmans, etc. suffisent à la tâche, l’Office fédéral de la police (Fedpol) subventionne aussi pour la première année la prévention des « attaques terroristes et haineuses », soit des dispositifs de protection contre des radicalisés échappés des dispositifs cités plus haut et qui auraient l’idée d’attaquer des institutions religieuses. La police fédérale avait signalé il y a quelques jours que le fonds 2020 -500’000 francs- avait été répartis entre onze associations, dont il n’entendait pas donner les noms. Le Tages Anzeiger les a obtenus. Il s’agit de dix organismes juifs (sept synagogues et trois écoles), et une mosquée. Pas de protestation pour les premiers qui doivent depuis plusieurs décennies assumer seuls des coûts élevés pour leur sécurité. En revanche, la mosquée lauréate qui se situe à Ecublens a créé une polémique. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Djemâa Chraïti: La jeunesse libanaise joue la carte de la solidarité Beyrouth panse ses plaies et les jeunes très actifs sur le terrain y contribuent largement. C'est un ancien étudiant à l'Université de Genève, Houssam, qui fait le pont entre plusieurs personnes à Genève et Paris avec des associations qui oeuvrent d'arrache-pied, à Beyrouth. Il a lancé un appel de fonds qu'il redistribue à plusieurs associations dirigées par des jeunes de Beyrouth et ensuite via un groupe Whatsapp, les donateurs peuvent suivre jour après jour les actions menées sur le terrain. Une autre façon de jouer la carte de la proximité. On peut voir sur les photos prises de jeunes bénévoles aider à balayer les débris de verre et retaper les maisons détruites ou une autre association distribuant de la nourritures aux sans-abri. (...)

 

Rémi Mogenet: La soumission de Michel Houellebecq Lisant les mémoires de l'excellent Jean-Pierre Dionnet, je retrouve le nom de Michel Houellebecq, seul auteur qu'il cite dont je possède des livres que je n'ai pas lus. Parmi eux, Soumission, paru en 2015 et qui m'intéresse parce qu'il invente un futur singulier, et décalé. J'aime la prospective parce qu'on y trouve toujours des situations cocasses, fantasmées – suscitées par la peur ou le désir. Bien plus que la raison, le sentiment les crée. L'âme s'y dévoile, parfois à des profondeurs secrètes – notamment quand il y a du merveilleux. Car dans le futur inconnu, on en met plus volontiers que dans le présent. Ce roman suit aussi cette règle: le narrateur y dit avoir une vision de la sainte Vierge se détachant d'une de ses statues, s'élever de son socle et grandir dans l'atmosphère – en un mot, prendre vie. (...) Michel Houellebecq pense que là où le marxisme a échoué, l'islamisme peut réussir. Son drame est qu'il refuse d'admettre, à son tour, l'évolution vers l'individualisme. Il ne la comprend pas. (...)

 

Daniel Warner: Geneva: The Home of Lost Causes (...) A wise man once told me: “The United Nations has always been in crisis.” He also said: “When the pendulum gets to the bottom it can only go up.” Has the multilateral system now hit the bottom? Will it go up or are we watching the United Nations go through its final death throes as happened to the League of Nations? A good place to examine the last days of the League is George Slocombe’s 1938 history, A Mirror to Geneva: Its Growth, Grandeur and Decay (Henry Holt and Company). In charming, elegant wry prose, Slocombe, who observed many of the Geneva events as correspondent for the Daily Herald, has the sensitivity of a modern gossip columnist combined with the geopolitical sense of a political scientist. (...) With all the renovation and construction, one question remains on the 75th anniversary of the UN, as it did for the League: Is the Palais and the UN still a home for lost causes?

 

Edmée Cuttat: ”L'ours en moi”, un hymne du Suisse Roman Droux à un animal captivant (...) En compagnie de David Bittner, le réalisateur, n’hésitant pas à vivre dans de dures conditions, nous laisse découvrir, dans L'ours en moi, un monde captivant entouré de splendides paysages. Avec lui on assiste à des scènes attendrissantes entre une mère et ses bébés, ou aux combats impressionnants de colosses mâles, d’un brun virant au noir, chacun prêt à tout pour l’emporter sur son adversaire. Visuellement magnifique, ce documentaire en forme d’hymne émouvant aux ours est raconté par Carlos Leal. A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 12 août.

 

David Frenkel: Liban : il faut extraire le mal à la racine (...) Je regrette vivement que la correspondante de la TDG à Beyrouth tourne autour du pot et refuse d'appeler un un chat un chat. Un système sclérosé, régi par le confessionnalisme politique, qui instaure un partage des fonctions politiques et de tous les postes administratifs, judiciaires et militaires entre les différentes communautés religieuses... écrit-elle, mais pourquoi ne pas carrément affirmer que le système politique est sous la tutelle du Hezbollah ? Vouloir mettre l'accent sur la corruption, c'est nier la main mise de cette entité terroriste sur les rouages de l’État libanais. Et vouloir, comme le fait l'envoyée spéciale, mettre en avant ceux qui pourraient prendre la relève de ceux qui ont failli à leur tâche, c'est mettre un emplâtre sur une jambe de bois. Il faut que soit publiquement divulgué qu'actuellement l'Iran tire au Liban les ficelles grâce à son vassal, le Hezbollah, comme il le fait d'ailleurs dans d'autres régions du Moyen-Orient. Ce n'est donc pas le confessionnalisme politique qu'il faut critiquer, mais l'accaparement du Liban par un État expansionniste. (...)

 

JF Mabut: Genève en rouge Le Conseil d'Etat doit être en train de mettre la dernière main au budget 2021 (8,7 milliards de francs découpés en 13 politiques publiques et 50 programmes*). Il sera en rouge vif à n'en pas douter, car la pandémie frappe durement les entreprises et l'emploi dans le canton: le pib devrait reculer de 6,5% en 2020, estimait fin juin le groupe de perspective économique. Combien parmi les 45 communes (budget cumulé de 2,3 milliards de francs) profiteront de la pandémie et du nouveau régime fiscal des entreprises pour demander des dérogations à l'obligation de présenter des budgets équilibré? Une autre cote d'alerte rouge préoccupe le gouvernement genevois actuellement. Avec Zurich, Genève est au cœur de l'augmentation des cas de covid en Suisse. Rapporté au nombre d'habitants, notre canton est le "champion" (si l'on peut dire) suisse toutes catégories. Les statistiques compilées par www.corona-data.ch (ou par Google) sont éloquentes. (...)

 

John Goetelen: Où meurt-on le plus du Cocovir ? (...) Rapporté à l’ensemble de la population, les pays mal vus à cause de leur président, en particulier Brésil et États-Unis, ne sont pas en tête de liste. Les deux images datées de fin juillet (clic pour agrandir; 1, Statista; 2, RTS) présentent les décès dus au Covid-19 par million d’habitants. On passe des chiffres bruts à une mesure proportionnelle, plus appropriée à l’estimation de la gravité pays par pays. (...) D’ailleurs le Royaume-Uni est en deuxième place des décomptes proportionnels, juste derrière… la Belgique. Est-ce que, protégés ou pas, ce serait kif-kif?

 

Jean-Philippe Meyer: Le Boeing 747 aujourd’hui, ou la mort d’un mythe volant (...) Davantage de passagers, ce sont davantage de touristes, et le Jumbo contribue à l'accomplissement de voyages jusque-là accessibles uniquement dans les rêves. Visiter New-York devient ainsi possible pour la classe moyenne européenne. Une joie de vivre, donc, que le pont supérieur de l'avion, accessible par son célèbre escalier en colimaçon, utilisé comme bar par certaines compagnies, symbolise tout aussi parfaitement. Davantage de passagers, c'est aussi davantage de prospérité. C'est œuvrer au bien commun. Ainsi, grâce au 747, l’aviation est devenue importante d’un point de vue culturel. Voyager est désormais un facteur d’éducation. C’est également un facteur de paix : plus on se rencontre, moins on se fait la guerre. C’est enfin un facteur de démocratie : les dictatures interdisent toujours à leurs citoyens de voyager. Mais désormais, la trompe du Jumbo aspire le kérosène trop goulument. (...) Mais espérons surtout que son retrait ne signifie pas la fin de la démocratisation des voyages et l’avènement d’une nouvelle société plus inégalitaire que jamais…

Les commentaires sont fermés.