Alain-René Arbez: le prêtre père de la génétique

Imprimer

pois mendel.jpgAlain-René Arbez: le prêtre père de la génétique

Guy Mettan: Zermatt en vagabond des cimes

Eric Segapelli: Colin Niel

David Frenkel: La couardise européenne

Pascal Décaillet: Sibelius, la Finlande, la grâce et la beauté du monde

Maurice-Ruben Hayoun: Juifs d’ailleurs

Jean-Michel Olivier: 26'000 cas corona positifs en Suisse ?!

JF Mabut: Une école primaire à la Croix-de-Rozon

 

Alain-René Arbez: le prêtre père de la génétique Le nom de MENDEL est un nom juif ashkenaze, diminutif de Menahem. Fréquent dans cette région d’Europe centrale, on le retrouve sous d’autres formes : Mendelovitch, Mendelsohn, Mendeloff. Elevé dans une famille catholique, Johann entre au monastère St Thomas de Brünn (Brno) pour faire ses études. C’est un établissement tenu par les Augustins, et orienté vers un enseignement de haute qualité. (...) C’est au début du 20ème siècle que Hugo De Vries, Carl Erich Correns et Erich von Tschernach redécouvrent les lois de l’hérédité et qu’ils reconnaissent officiellement, 35 ans plus tard, l’apport décisif de Mendel. Les lois de l’hérédité sont désormais dénommées « lois de Mendel ». En 1902, Lucien Cuénot démontre que les lois de Mendel ne s’appliquent pas qu’aux végétaux, mais aussi aux animaux, ce que le moine scientifique avait déjà élaboré en 1861 à partir de ses expériences sur les souris. En 1905, William Bateson généralise les lois de Mendel dans leur application au monde animal, et Thomas Hunt Morgan recevra le prix Nobel de médecine pour avoir apporté la preuve, par ses expériences sur les mouches, que les facteurs héréditaires postulés par Mendel correspondent à des cellules qui seront appelées chromosomes. (...)

 

Guy Mettan: Zermatt en vagabond des cimes Départ pour Zermatt en douceur, vers 8h15, en commençant par une descente en douceur en direction du tout nouveau pont suspendu - la passerelle Charles Kuonen, la plus longue du monde (494 mètres) nous assure-t-on - qui enjambe le ravin du Dorfbächli. Je la franchis juste au moment où un SMS me signale que le sol vient aussi de se dérober sous les pieds du conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet, qui vient d’être exclu de son parti. Je préfère mon sort au sien : tant qu’à devoir marcher dans le vide, restons au moins maitre de nos choix. Il fait frais, le ciel se découvre et le Weisshorn apparaît dans toute sa splendeur. Le Chemin de l’Europe continue dans le prolongement d’hier, à flanc de coteau, alternant alpages couverts de fleurs, forêts de mélèzes et rhododendrons, parois de rochers vertigineuses, zones humides de torrent, montant ou descendant selon les obstacles. Je dois m’habituer: je commence à le trouver sympathique, avec ses paysages et ses décors qui changent constamment. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Eric Segapelli: Colin Niel Au-delà du recueil composé de trois romans, La Série Guyanaise de Colin Niel poursuit son cours avec un quatrième volume nous permettant de retrouver le capitaine de gendarmerie André Anato en nous immergeant dans les profondeurs de la forêt guyanaise pour découvrir le territoire des Wayanas, peuple amérindien se détachant peu à peu de ses traditions au contact des garimperos et des évangélistes qui prolifèrent dans la région. Il faut noter que chacun des titres de cette série emblématique se rattache au thème abordé comme c’était le cas avec Les Hamacs De Carton qui faisait allusion à ces dossiers suspendus contenant les dossiers de centaines de citoyens guyanais souhaitant obtenir une naturalisation devenant de plus en plus hypothétique à mesure des aléas et exigences de l’administration française. Second volume de la série, Ce Qui Reste En Forêt provenait de l’expression « ce qui se passe en forêt, reste en forêt » en se focalisant sur une petite communauté de scientifiques stationnée au coeur de la jungle guyanaise. Obia faisait tout simplement référence aux traditions du chamanisme du peuple Noir-Marron qui affectait particulièrement le capitaine Anato. Dernier roman de la série, Sur Le Ciel Effondré s’inscrit dans la légende poétique désignant le peuple Wayanas désormais démuni de toute magie et n’ayant plus d’accès aux cieux après avoir offensé leur dieu Kuyuli. (...)

 

David Frenkel: La couardise européenne (...) Alors que tonton Macron préfère s'en mêler les pinceaux avec le groupe terroriste Hezbollah au Liban, le silence de l’Europe, sa manque de réaction face à cette Turquie qui menace sournoisement de rayer la Grèce et Chypre de la carte montre la couardise européenne. Comment pourrait-il en être autrement depuis le temps qu’elle reste bouche cousue face à l’occupation par la Turquie de Chypre Sud ? Les pauvres Chypriotes de cette région, eux, n’ont donc pas la chance que leur territoire soit occupé par Israël. Lorsque celui-ci a l’intention d’annexer 30 % de la Judée Samarie située en zone C, territoire qui lui est dévolu selon les accords d’Oslo, que de condamnations résonnent-elles dans l’antre de la bien-pensance des dirigeants de l'Europe communautaire ! que de sanctions sont-elles agitées sous le au nez d'un État ayant pris possession de la Judée Samarie à la suite d'une guerre que la Jordanie lui a déclarée. On ne peut donc que constater l’indignation sélective d’un continent toujours en proie à ses vieux démons.

 

Pascal Décaillet: Sibelius, la Finlande, la grâce et la beauté du monde J'aimerais dire ici la beauté de la musique de Sibelius. L'incroyable richesse des sons. Le diversité des mélodies, qui peut faire penser à Mahler ou Bruckner. La mise en valeur individuelle des instruments, et là je songe à Bela Bartók. Mais pourquoi le comparer à d'autres, au fond ? Un compositeur doit évidemment se percevoir en lui-même, par la vie intrinsèque de son oeuvre. (...) Je ne connais rien de ce pays, dans lequel je veux retourner, et pour une certaine durée, cette fois. Mais une chose est sûre : pour moi, la Hongrie c'est Bartók ; pour moi, la Finlande, c'est Sibelius.

 

Maurice-Ruben Hayoun: Juifs d’ailleurs Juifs d’ailleurs. Diasporas oubliées, identités singulières . Sous la direction d’Edith Bruder (Albin Michel) Cet ouvrage, somptueusement présenté, m’enchante car il élargit considérablement le champ de la judéité, de l’appartenance juive, du judaïsme religieux, du judaïsme terminable et interminable, pour reprendre une problématique magistralement traitée par le regretté Yossef Hayyim Yérushalmi.. Il est au cœur d’un débat qui anime la science du judaïsme depuis qu’elle existe à partir du XIXe siècle allemand, qui lui donna ses lettres de noblesse. L’éditrice qui a fait un travail remarquable a été bien inspirée de frapper cette formule un peu provocante, mais Ô combien juste : les juifs ne se limitent pas aux deux grandes subdivisions ; ashkénazes, d’un côté, séfarades de l’autre. Même si ces deux groupes démurent la majorité écrasante de la nation juive. (...)

 

Jean-Michel Olivier: 26'000 cas corona positifs en Suisse ?! Je suis heureux de partager avec les lectrices et lecteurs de ce blog un texte écrit par M. Charles Pache, informaticien et activiste citoyen bien connu dans notre pays, publié le 31 août sur le medium medium.com. Il y traite de la question si actuelle du nombre de "cas" brandi quotidiennement par les autorités et la presse aux bottes, depuis que le nombre de malades et de décès du Covid est bien trop faible pour effrayer la population. Rappelons que techniquement l'épidémie -selon tous les critères en vigueur- est terminée depuis plus de deux mois. Pour prétendre l'inverse, "on" en est réduit à inventer de nouvelles normes et de nouveaux critères. S'agit-il d'une manipulation de plus ? On voit mal quelle autre hypothèse pourrait justifier une nouveauté aussi contraire au bien de la population et de nos sociétés tout en constituant une véritable entourloupe épidémiologique. (...) Par chance en juillet, l’armée communiquait les résultats des tests de ses 11'828 recrues: 38 cas positifs, soit 0.3%. Ce test généralisé était le premier de type aléatoire en Suisse et nous a donné l’opportunité — passée pourtant inaperçue — de connaître le nombre total réel de personnes positives en Suisse. (...)

JF Mabut: Une école primaire à la Croix-de-Rozon Luc Lavarini et Nicolas Vernain (l'un comme l'autre absent des réseaux sociaux) de leur possible future fonction d’adjoint au maire de Bardonnex? Quelles inflexions voudraient-ils donner à la gestion communale, une fois élu le 27 septembre prochain (les chances de Lavarini sont certaines mais rien n'est certain dans un scrutin), si tant est que leur voix pèse dans le système municipal genevois, où le plus puissant des acteurs est, et de loin, le canton, ses lois, ses élus et les fonctionnaires et commissions spécialisées qui les votent et les interprètent. Rien? (...)

Les commentaires sont fermés.