André Pfeffer: Est-ce que la libre circulation détériore et appauvrit la Suisse ?

Imprimer

drapeau ue.jpgAndré Pfeffer: Est-ce que la libre circulation détériore et appauvrit la Suisse ?

Pascal Holenweg: Pour les 300 à 1000 sans-abris de Genève, le logement

Daniel Warner: Wolves and immigrants: Votes expose our fears

Pascal Décaillet: Des citoyens - Rien d'autre !

Claude Bonard: Genève, Cour des comptes

Jean-Michel Olivier: L'horizon d'une quêteuse de vent

Valentin Dujoux: Le congé paternité

Philippe Meyer: Le transport aérien en sauveur de l’humanité ?

Marie-France de Meuron: Les médias versus les manifestants

Bruno Hubacher: Etat vassal

JF Mabut: Quelle est la qualité des médias suisses?

 

André Pfeffer: Est-ce que la libre circulation détériore et appauvrit la Suisse ? (...) Contrairement aux fausses affirmations des milieux économiques qui ont fait allégeance à l’Union européenne, notre prospérité ne doit rien à Bruxelles. Notre niveau de vie est envié dans le monde entier, ce qui explique la très forte immigration que connaît notre pays. En 1992, ces mêmes milieux affirmaient que la Suisse s’effondrerait économiquement si nous refusions d’intégrer l’Espace économique européen. Ces lobbies se sont lamentablement trompés dans leurs prédicitons. Notre pays est toujours le plus riche de la planète depuis le milieu du siècle passé. Toutefois, depuis l’entrée en vigeur des accords de libre circulation, la Suisse connaît malheureusement une explosion de son immigration et une détérioration de ses conditions de vie. Le Conseil fédéral affirme que notre PIB a progressé suite à l’instauration des accords. Sur ce point, il a raison puisque notre économie a cru grâce à l’afflux de 1.1 millions de travailleurs étrangers depuis cette date. Néanmoins, à y regarder de plus près, on constate que, depuis cette période, le PIB par habitant stagne et que les salaires reculent pour l’immnense majorité de nos habitants. Contrairement aux affirmations fallacieuses des syndicats, les mesures d’accompagnement souvent mises en avant ne protègent que les bas salaires, en aucun cas les salaires intermédiaires ou supérieurs ! (...)

 

Pascal Holenweg: Pour les 300 à 1000 sans-abris de Genève, le logement (...) Sur les 300 à 1000 personnes sans abri à Genève, dont certaines viennent de France ou de Vaud voisins, 225 pouvaient être hébergés aux Vernets, 130 peuvent l'être à Frank Thomas et 100 en sous-sol dans les abris PC de Châtelaine et de Richemont. Cet hébergement est un hébergement d'urgence, totalement assumé par la Ville -et la Ville seule. (...) Les structures d'accueil existantes (abris de la protection civile, foyers de l'Armée du Salut) répondent à une urgence sociale mais ne sont pas des instruments de réinsertion sociale. Elle permettent la survie des personnes à qui elles offrent un abri, elles ne permettent pas plus. Elles sont une réponse humanitaire, pas une réponse politique. Ni une réponse sociale. Et si on se contente d'elles, on ne résout aucun problème (...)

 

Daniel Warner: Wolves and immigrants: Votes expose our fears I was once asked to give a talk on security in a town in the Swiss Alps. I began by telling how many locks I had on my door when I lived in New York. I told stories about how fearful it was for me to ride the subways late at night. My stories were met with quizzical looks. Most people in the town didn’t lock their houses or cars. They had no subways. Two different worlds. And then I mentioned their fear of wolves. What would their local newspaper – the Nouvelliste – do without a front page picture of a sighted wolf or the disemboweled carcass of a poor sheep? That they all understood. How many hours has Swiss television spent showing roaming wolf packs and viscerated livestock? Why were they so fascinated with wolves? (...) Reasonable fear is a prerequisite for survival. But how to determine what is reasonable fear? At one point in history, Americans were afraid of a Soviet Union invasion. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Pascal Décaillet: Des citoyens - Rien d'autre ! Dans notre démocratie suisse, il n'y a que des citoyennes et des citoyens. Chacun en vaut un autre. Chacun, lors du vote, porte une voix, certes infinitésimale, mais indivisible. La voix d'un professeur de droit constitutionnel, qui pioche le sujet depuis trente ans, a exactement le même poids que la voix d'un parfait ignare de notre système. Et c'est très bien ainsi. La voix du plus pauvre, du plus démuni, pèse autant que celle du plus riche. Dans un débat, en vue d'une votation, la seule, l'unique qualité dont nous ayons, nous les hommes et les femmes suisses de plus de 18 ans, à nous prévaloir, est celle de citoyenne, ou de citoyen. Tout autre qualificatif serait de nature censitaire. (...)

 

Claude Bonard: Genève, Cour des comptes Le journal Le Temps publie aujourd'hui un article intitulé "Au Grand-Saconnex, rébellion contre la Cour des comptes". Chez nous, c'est le 27 novembre 2005 que les citoyens de Piogre ont voté la création d'une Cour des comptes. Ce faisant, ils ont adopté une pratique qui remonte à Napoléon 1er qui, par une loi du 16 septembre 1807complétée par un décret du 28 septembre 180, créa la première Cour des comptes de l'histoire, juridiction des comptes et des comptables publics. Genève ayant été française du 15 avril 1798 au 31 décembre 1813, notre bonne ville était pour la première fois de son histoire, de 1807 à 1813, soumise à l'autorité d'une Cour des comptes ... celle de Paris !

 

Jean-Michel Olivier: L'horizon d'une quêteuse de vent Il y a des pépites dans le dernier recueil de nouvelles de Bernadette Richard (Prix Rod 2018), intitulé L'Horizon et après*. Vingt-cinq textes écrits de 1992 à aujourd'hui, certains publiés dans des revues, d'autres parfaitement inédits. On y retrouve les thèmes chers à cette graphomane chaux-de-fonnière : le désir d'ailleurs, la solitude, les destins fracassés, les amours impossibles, la séduction, la fuite. La langue est belle, musicale, singulière. Le livre s'ouvre sur une réflexion saisissante sur la ligne, celle du destin comme des convenances, celle du désir comme de l'imaginaire. (...)

 

Valentin Dujoux: Le congé paternité (...) De cette situation, tout le monde sort gagnant. Les pères, en premier lieu, pourront intervenir sereinement dans les 14 jours qui suivent la naissance de leur enfant. De quoi accompagner ce chamboulement, soutenir la mère et se faire une place claire au sein des premiers jours d’une famille qui s’agrandit. L’égalité des sexes en ressortira ensuite renforcée. Un père au foyer, c’est l’occasion de partager les tâches de manière plus équitable, et de concrétiser la suite de ce projet à deux. Une famille solide et unie, c’est une chance pour l’avenir. Enfin, pour les entreprises, il est temps de pouvoir mettre tout le monde sur le même pied d’égalité. (...)

 

Philippe Meyer: Le transport aérien en sauveur de l’humanité ? Après les masques : les vaccins. Le défi logistique s’annonce gigantesque. Les ponts aériens du printemps passé sont déjà oubliés. Dans les mois à venir, l'industrie mondiale du fret aérien devra être à la hauteur : 7,8 milliards d’humains à vacciner. Une dose par personne. Un besoin équivalant à 8’000 Boeing 747. A supposer que la moitié des vaccins nécessaires soient acheminés par voie terrestre, dans les semaines à venir, l’avion est néanmoins appelé à relever un immense défi. DHL estime à 15’000 le nombre de vols nécessaires et il ne faudra pas compter sur les soutes des avions longs courriers, cloués au sol pour des mois encore. Et pour compliquer le problème, les vaccins ne sont pas des masques. Ils sont fragiles. (...)

 

Marie-France de Meuron: Les médias versus les manifestants Je prends conscience que je mets en opposition dans mon titre des moyens de communication et un groupe d'êtres humains individualisés. Est-ce justifié? Je vais étayer cette formule par ce que j'ai perçu au sujet de la manifestation du 12 septembre sur la Place des Nations à Genève. D'une part j'ai reçu des informations par quatre sites différents et d'autre part le témoignage d'une septuagénaire qui s'est déplacée depuis Lausanne et qui avait déjà une expérience de ce genre de manifestation dans la mesure où elle s'était rendue à celle de Zürich deux semaines avant. (...) Un site s ort de ce lot plutôt uniforme pour déclarer en titre : "A Genève, le discours abracadabrant des manifestants anti-masques" et plus loin : "aux revendications plurielles où la cohérence a joué la grande absente.". Je me demande quelle était l'intention de la journaliste pour réduire ainsi à des manifestants anti-masques tous ceux qui exclamaient leurs désirs de liberté. Si elle n'y a pas vu de cohérence, c'est sans doute qu'elle a préféré juger de haut ce rassemblement plutôt que d'entrer vraiment dans le vécu profond des personnes présentes.

 

Bruno Hubacher: Etat vassal (...) A peine deux jours après l’arrivée d’Alexeï Navalny à Berlin, l’ancien président et actuel co-président du parti d’opposition « Alliance 90 / Les Verts », Cem Özdemir, publia une diatribe belliqueuse dans le titre phare du groupe de presse Axel Springer, « Bild Zeitung », évoquant une interruption possible des travaux du Gazoduc Nordstream II, passant par la mer Baltique pour approvisionner les ménages allemands en gaz naturel, ouvrage déjà achevé à 95%, en guise de représailles contre une « tentative d’assassinat d’un adversaire politique, orchestrée par le Kremlin ». Diplômé du programme « Young Leaders » du « Think-tank » à but non lucratif « Atlantik-Brücke » et de l’ONG « American Council of Germany », Herr Özdemir sait où se trouve sa « patrie politique ». Petra Kelly a dû se retourner dans sa tombe encore et encore depuis la mainmise sur son parti par les néolibéraux. S’il fallait encore une preuve de l’obsolescence des partis politiques, la voilà. (...) L’alternative que le parti de la « durabilité écologique, économique et sociale » semble favoriser, est l’importation, par voie maritime, de pétrole et de gaz de schiste liquéfié des Etats-Unis (...)

 

JF Mabut: Quelle est la qualité des médias suisses? Le Temps perd quelques plumes, la Tribune a disparu du palmarès depuis sa quasi fusion avec 24 Heures, la NZZ trône toujours en tête du concours de beauté de la presse suisse publié ce matin. Cependant le renommé quotidien zurichois se fait coiffer au poteau pour la troisième année par l'émission phare de notre chère radio télévision nationale Echo der Zeit, une doyenne née en 1945. Le CQM 2020 valorise, négativement, Watson, un média d'information en ligne dont la version française verra le jour en 2021, mais pas (pas encore?) Heidi.news ni Republik ni Bon pour la Tête ni d'autres acteurs plus spécialisés ou plus confidentiels ou régionaux. (...) La qualité diminue, la concentration des titres continue d'augmenter, "un petit nombre de rédactions décide de qui reçoit ou non quelle publicité et sous quelle forme, qui fera scandale et qui sera traité avec bienveillance par les médias". Peut-on imaginer un monde sans média? (...)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel