Rodolphe Weibel: avant 2050, ni 2ème extension de Cornavin, ni Raquette, ni Diamétrale

Imprimer

PDcan 2030 raquette cornavin cointrin.jpgRodolphe Weibel: avant 2050, ni 2ème extension de Cornavin, ni Raquette, ni Diamétrale

Guy Mettan: Les drôles de pratiques de certains avocats genevois

Marc Schindler: Games of Thrones à Buckingham

Edmée Cuttat: Le FIFDH se réinvente pour sa 19e édition en ligne 

Pierre Kunz: L'étonnante démocratie israélienne

Maurice-Ruben Hayon: Enquête sur ces privilégiés qui n’en ont jamais assez 

Pascal Holenweg: ”Clé de Rive” : un refus ”dynamique et convivial”

JF Mabut: Nox et CO2 à Bardonnex

Rodolphe Weibel: avant 2050, ni 2ème extension de Cornavin, ni Raquette, ni Diamétrale  Le 15 janvier 2020, le Conseil administratif de la Ville de Genève a adressé au Conseil municipal un projet de résolution (PR 1391) visant à adopter un plan directeur de quartier du pôle de Cornavin. On y trouve au chapitre 1.  Introduction, sous-chapitre 1.7 Contexte urbain et constats critiques (page 23), cette étonnante information : la seconde extension souterraine de Cornavin, n’est pas prévue avant 2050 (cliquer sur le texte pour le faire apparaître agrandi) : (...)  (...) Le plan directeur cantonal prévoit après la 1ère extension une seconde extensioLa « raquette » Cornavin – Nations – Aéroport, baptisée aujourd’hui « diamétrale » n’est donc pas prévue non plus avant 2050, puisque la seconde extension de Cornavin lui est indispensable.n de Cornavin et l’absurde « Raquette-Diamétrale ». La portée de ce plan cantonal est donc de 30 années. La boucle de l’aéroport pourrait être bouclée dans dix ans, tout en permettant une bien meilleure offre ferroviaire. Pourquoi avoir décidé cette solution ? personne ne sait.  (...)

 

Guy Mettan: Les drôles de pratiques de certains avocats genevois  On connait le goût des avocats genevois pour les grandes harangues et leurs gesticulations pour attirer l’attention de la presse. Dans un canton qui compte un avocat pour 350 habitants, la concurrence est rude et les moyens de briller rares. On l’a d’ailleurs vu lors du récent procès Maudet, pendant lequel on a assisté à un véritable festival de déclarations tonitruantes. Voilà qui contraste fort avec les chantages à la discrétion imposés par certains de ces serviteurs du droit lorsqu’ils ont perdu la cause de leurs clients et que ceux-ci font pression pour que le public ignore leurs condamnations. C’est ce genre de mésaventure qui vient d’arriver au site d’information Gotham City, qui suit les affaires judiciaires concernant la délinquance en col blanc. (...)


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Marc Schindler: Games of Thrones à Buckingham  (...) Pourtant, après avoir vu la célèbre série TV "The Crown", je savais bien qu'il y avait quelque chose de pourri au royaume d'Angleterre. Elisabeth II n'est pas cette gentille grand-mère à chapeaux qui règne à Buckingham. C'est une redoutable femme de pouvoir qui élimine façon puzzle toutes celles qui lui résistent. Elle a eu la tête de sa belle-fille Diana. Elle veut maintenant "se faire" l'épouse de son petit-fils Harry, duc de Sussex. A 94 ans, la plus vieille souveraine du monde règne d'une poigne de fer depuis 69 ans sur les 15 Etats du  Commonwealth. Quinze premiers ministres se sont inclinés devant elle. Ce n'est pas une petite Américaine, de couleur et divorcée, choisie par son stupide petit-fils Harry, qui va lui en remontrer.  (...) Dimanche sera une dure journée pour la reine. A 94 ans, alors que son époux de 99 ans est à l'hôpital, elle va affronter une des pires tempêtes médiatiques de son règne. Mais elle peut compter sur sa popularité : plus de 70% des Britanniques l'aiment. Alors que 32% seulement ont une bonne opinion de Meghan, selon un récent sondage du Daily Express. Elisabeth II a survécu à tant de crises et de scandales qu'elle s'en sortira probablement encore. En 1989, elle disait : "Comme toutes les meilleures familles, nous avons notre part d'excentricités, de jeunes impérieux et capricieux et de désaccords familiaux."

 

Edmée Cuttat: Le FIFDH se réinvente pour sa 19e édition en ligne   (...) La directrice Isabelle Gattiker et ses collaborateurs ont ainsi concocté un vaste programme à destination de tous les publics, avec une sélection des films à voir en VOD, 17 débats retransmis en directs, 16 heures de contenus vidéo et audio originaux,  une émission de radio quotidienne  et de nombreuses interventions de personnalités . Parmi celles-ci l’infatigable militante Angela Davis, l’écrivaine indienne Arundhati Roy, le metteur en scène suisse Milo Rau, le compositeur Max Richter, l’artiste chinois Ai Weiwei, le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov  la cofondatrice de Black Lives Matter, Patrisse Cullors et l’auteur français Alain Damasio. (...) Parmi les grands rendez-vous, à noter celui du vendredi 5 mars.  Un an après le premier décès suisse lié à la covid 19, le conseiller fédéral Alain Berset, notamment responsable de la santé, débattra de la pertinence des mesures prises pour préserver la santé publique au regard de leur impact sur notre vie en société. (...)

 

Pierre Kunz: L'étonnante démocratie israélienne  (...) S’agissant de la vie des minorités religieuses juives orthodoxes et arabe, Israël a su se montrer pragmatique. Michel Abitbol le soulignait voici quelques lustres dans un de ses écrits : « Israël est l’un des rares pays démocratiques qui abandonne des pans entiers de sa juridiction à des tribunaux religieux dont les juges sont rétribués par l’État au même titre que les magistrats des cours civiles. Les tribunaux religieux ont compétence en tout ce qui concerne les mariages et les divorces qui sont régis exclusivement par la Halakha juive ou la Shari’a musulmane ». De toutes évidences, cette délégation, impensable dans nos Etats laïcs, d’une partie du pouvoir judiciaire à des tribunaux privés met intelligemment de l’huile dans les rouages du fonctionnement harmonieux de la société israélienne. 

 

Maurice-Ruben Hayon: Enquête sur ces privilégiés qui n’en ont jamais assez  (...) D’où nous vient cette revendication quasi ancestrale, qui incite à éprouver de la haine sociale pour la catégorie des héritiers : chaque fois qu’un gouvernement allège l’impôt sur les successions, sur les entreprises, il s’attire une volée de bois vert, comme si être riche ou simplement à l’ai se dans ce pays vous place eo ipso au ban de la société quand ce n’est pas au banc des accusés. Ceux qui n’ont pas assez pour vivre s’en prennent à ceux qui nagent dans l’opulence tout en payant leurs impôts, sans commettre la moindre faute… (...) L’auteur, Louis Maurin, ne se contente pas d’énoncer ou de dénoncer les inégalités les plus flagrantes, il en démonte le mécanisme parfois bien huilé et bien dissimulé derrière des à priori idéologiques. Il montre aussi que même dans ce pays des concours qu’est la France l’égalité des chances est parfois un vain mot, voire de la poudre aux yeux (...)

 

Pascal Holenweg: ”Clé de Rive” : un refus ”dynamique et convivial”  (...)  Que nous dit-on pour justifier cette installation d'un parking supplémentaire dans une zone où sept autres parkings restent le plus souvent sous-occupés ? Que les commerçants en ont besoin. Les commerçants, pas les habitants. Or un parking de plus au centre-ville ne changera rien aux difficultés des commerçants (sauf à les aggraver pour ceux qui subiront des années de travaux) : ce qui les étrangle, ce sont les charges incompressibles, et en particulier les loyers. Ainsi, on continue à vouloir attirer au centre-ville les consommateurs de la périphérie, dans le même temps où on la farcit de centre commerciaux destinés aux consommateurs du centre. Et on se prend à croire qu'en développant l'accessibilité du centre-ville en voiture, on va soutenir les commerces, petits ou grands de ce centre, alors que ce qui désormais les menace le plus c'est le commerce en ligne -pour lequel aucune bagnole n'est nécessaire puisqu'on peut s'y livrer avec son portable depuis son plumard ou assis sur la cuvette des chiottes. De tout cela, le projet Clé-de-Rive ne tient nul compte. (...) 

 

JF Mabut: Nox et CO2 à Bardonnex  Les premières alertes à la pollution bourgeonnent avec ce printemps précoce. Hier l'indice français des particules fines 10 microns, visible sur atmo, encerclait le canton de Genève d'un halo rouge. Les sniffeurs genevois n'en mesuraient pas tant mais la vidéo explicative en ligne sur le site cantonal caricature un cœur battant tout noir dans une scénographie anxiogène. Le plan directeur 2021 de la commune de Bardonnex chiffre la pollution de l'air, précisément pour les oxydes d'azote et l'ozone qui sortent de nos pots d'échappement et qui reste en dessous des normes (voir ci-dessous). Le gaz carbonique, qui sort de nos cheminées et le méthane qui sourd de nos champ, ne donne lieu eux à aucune mesure chiffrée. Pourtant le Canton veut et doit réduire de 60% ses émissions d'ici neuf ans (2030). (...) 

Les commentaires sont fermés.