Mireille Vallette: L’interdiction du niqab passe. Que changera-t-elle ?

Imprimer

niqab.jpgMireille Vallette: L’interdiction du niqab passe. Que changera-t-elle ?

Jean-Noël Cuénod: Burqa : une votation pour rien

Pierre Kunz: Les responsables de l'échec du PLR

Jacques-Simon Eggly: Le dilemme

Nicolas Chauvet: M l’increvable 

Pascal Décaillet: Second tour, le fétichisme des servants

Marc Schindler: Tempête sur l'Helvetia

Alfonso Gomez: entre luttes et hommages

François Velen: Avons-nous la droite la plus ”imbécile” de Suisse ? 

David Frenkel: Ceux qui ont voté pour Pierre Maudet sont-ils des ”pro-margoulin” ?

Gérard Meyer: La mauvaise foi est le propre de l’homme (et de la femme)

 

Mireille Vallette: L’interdiction du niqab passe. Que changera-t-elle ?  (...) Les activistes musulman(e)s et leurs alliés peuvent chanter victoire. L’initiative sur «l’interdiction de se dissimuler le visage», en réalité le niqab, a été acceptée à une faible majorité: 51,2%. Les minarets avaient été interdits par 58% des votants. Cette modeste victoire n’empêche pas l’un des principaux leaders musulmans d'endosser son habit de victime : «Après ce scrutin, Pascal Gemperli, porte-parole de la Fédération des organisations islamiques de Suisse, craint pour la sécurité des musulmans en Suisse». Inutile de préciser qu'aucune agression n'a jamais eu lieu, y compris lorsque des jeunes (une centaine) partaient pour l'Etat islamique, que des prêcheurs de haine étaient démasqués, que des mosquées intégristes faisaient la Une. La surprise vient des cantons romands qui excepté Genève (non à 51% seulement) ont accepté l'interdiction. Ce vote assure en fait que rien ne changera. L’immense part de l’élite culturelle et politique continuera à renier nos valeurs et à faire place à cette religion de l’apartheid et à ses visées expansionnistes. (...)

 

Jean-Noël Cuénod: Burqa : une votation pour rien  (...) Antimusulmane, cette votation ? Tout d’abord, le voile intégral ne figure pas dans le Coran qui se contente de demander aux femmes d’adopter une tenue décente. Cette « gomme vestimentaire » n’est qu’une coutume imposée par les éléments les plus obscurantistes, les plus gynophobes de l’islam qui dominent certains pays du Moyen-Orient.  La votation de ce dimanche n’est donc pas comparable avec celle de 2009 qui a interdit la construction de minarets. En cette dernière occurrence, l’UDC avait pris pour cible un élément classique de l’architecture des lieux de prière de l’islam, ce qui ne pouvait manquer d’atteindre l’ensemble des musulmans de Suisse. La dimension islamophobe était explicite. Rien de tel aujourd’hui. (...) Alors à quoi a-t-elle servi cette initiative ? A rien. Même pas à enrichir le nécessaire débat entre musulmans et non-musulmans. Même pas à enrayer le déclin de l’UDC.


Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.


Pierre Kunz: Les responsables de l'échec du PLR  Alexandre de Senarclens et ceux qui se défaussent sur lui de la sale besogne d’expliquer aux médias l’échec du PLR, persistent dans l’erreur. Le responsable de l’échec du PLR en ce dimanche électoral genevois n’est pas Pierre Maudet. Ni Cyril Aellen, dont la défaite n’est pas due à ses compétences ou à la campagne de qualité qu’il a dû mener sous le poids du fardeau que représentait le soutien d’un parti qui a joué un rôle moteur dans le développement de la crise dont ce 7 mars est l’aboutissement. Seul en effet le PLR est responsable, lui qui n’a pas su se montrer à la hauteur des enjeux et préserver l’unité du parti. Ou plutôt, sont responsables les quelques personnalités qui, au sein de la direction du parti, dès la fin 2018, n’ont eu de cesse de se débarrasser de Pierre Maudet au lieu de se tenir en retrait dans l’attente du verdict de la justice et de maintenir ainsi l’unité du parti. (...)

 

Jacques-Simon Eggly: Le dilemme (...) Quel dilemme pour les électeurs de droite et du centre! Pour eux, voter Fabienne Fischer n’est pas une option. Son élection ferait basculer la tendance majoritaire au sein du Conseil d ‘Etat, à un moment où il faut trouver le bon point d’équilibre entre l’écologie et l’économie; sans parler de la sécurité. Mais voter Maudet, sans plus d’état d’âme: est-ce une option acceptable? (...) Nous voici dans une situation que l’on n’aurait jamais pu imaginer il y a trois ans. La beauté de la politique en démocratie , c’est lorsque le respect de la volonté électorale du peuple épouse des élus efficaces mais aussi respectables. Ici , l’édifice institutionnel et humain est secoué. Chacun est maintenant appelé à répondre au dilemme posé, en toute réflexion, en son âme et conscience.

 

Nicolas Chauvet: M l’increvable  (...) peut-on vraiment voter pour lui, la honte de la République? Le faire correspondrait à vouloir placer aux affaires un menteur récidiviste, un manipulateur, un lamentable manager sans scrupules, imbu de lui-même et au bilan plus que mitigé. Un repris de justice, aussi. Elire l’écologiste devrait donner bonne conscience à quelques gauchos bobo ainsi qu’à ceux qui se préoccupent de l’environnement et de notre qualité de vie, mais quoi de plus? François Mitterrand avait dit d’une élection présidentielle française qu’entre «la peste et le choléra, on ne choisit pas». Je ne voudrais pas être électeur genevois et avoir à faire un tel choix. Décidément, Genève et les méandres de sa vie politique ne laisseront pas de nous surprendre. Mais une chose est certaine. Ce dernier dimanche, Genève a confirmé son statut de République pas tout à fait bananière mais presque.

 

Pascal Décaillet: Second tour, le fétichisme des servants  (...)  Ce que Pierre Maudet a pulvérisé, avec son résultat d'hier, c'est justement ce petit monde. Le microcosme. Les Comités directeurs. Les Assemblées générales. Les délégués au PV. Les scrutateurs. Bref, tout ce jeu de rôles qui donne à la machine l'impression d'exister. Voir ses pairs, une fois par semaine, ou par mois, siéger, détenir le carton de vote, et voilà le brave militant gonflé d'importance, à l'hélium. A la vérité, ce cirque n'est pas plus nécessaire à la démocratie que le ballet empourpré des cardinaux de Rome ne l'est à la Parole évangélique. S'y exerce la jouissance par l'ornement, c'est le fétichisme des servants. De quoi s'agit-il, pour le 28 mars ? Envoyer dans le cockpit de commandement de l'Etat une personne que l'on tient pour compétente dans la tenue de la barre. Il ne s'agit pas d'envoyer un saint. Il ne s'agit pas d'envoyer un gentil. Il ne s'agit pas de pureté morale. Il ne s'agit même pas d'envoyer quelqu'un qu'on aime ! (...)

 

Marc Schindler: Tempête sur l'Helvetia (...) A Genève, ça ne va pas mieux. Depuis des années, le trublion ministre Pierre Maudet empoisonne le canton dont la fière devise est "Post Tenebras Lux" - après les ténèbres, la lumière. Il a été condamné par la justice pour avoir accepté un voyage à Abu Dhabi en famille. "Coup de grâce politique ?" Vous ne connaissez pas le gaillard : il a démissionné du gouvernement et il s’est présenté aux élections. Sa campagne populiste et démagogique de soutien aux commerçants écrasés par le confinement a payé. Il arrive en seconde position derrière la candidate verte. La droite genevoise est en morceaux, l’UDC locale triomphe et les socialistes sont sommés de rallier le panache vert. Post Tenebras...Tenebras ! Avant de voter, les Suisses devraient relire le philosophe Henri-Frédéric Amiel : "Pour être le plus libre possible, il faut avoir beaucoup d’ordre". 

 

Alfonso Gomez: entre luttes et hommages  (...) En parallèle, le 8 mars offre l’occasion de rendre hommage aux pionnières, aux visionnaires, à celles qui ont tracé un chemin, aux figures fondatrices. J’aimerais ainsi saluer ici la mémoire de Jacqueline Berenstein-Wavre, qui nous a quittés le 22 janvier dernier à l’âge de 99 ans. Première femme à présider le Conseil municipal en 1968-69, elle a notamment largement contribué à faire aboutir en 1981 l'initiative pour l'égalité entre hommes et femmes, dont l’acceptation par le peuple a permis l’inscription dans la Constitution fédérale du principe d’égalité. Je pense aujourd’hui également à Noemi Lapsezon, qui a forgé l’esthétique de la danse contemporaine dans notre cité. Artiste sensible, engagée, rayonnante, véritable force vive sur scène et en dehors, elle a inspiré et accompagné le développement de plusieurs générations d’artistes et de danseur-euse-s à Genève. Quelques mots enfin en hommage à la comédienne genevoise Rachel Cathoud, qui disparaissait il y a 10 jours. Femme d’esprit, indépendante, inspirante, cette grande tragédienne s’est imposée dans un secteur où les codes sexistes sont persistants, montrant par l’exemple qu’il est possible pour les femmes d’être payées autant que les hommes, voire mieux. (...)

 

François Velen: Avons-nous la droite la plus ”imbécile” de Suisse ?  (...)  Que faire ? Soutenir un seul et unique candidat. Lequel ? Si la droite est intelligente, sensée, logique, mathématicienne, elle devrait soutenir l'élu, Pierre Maudet seul candidat. La droite tellement nombriliste, tellement en dessus de la mêlée, ne va pas si facilement prendre ce chemin de la clairvoyance, de la logique arithmétique, parce que chaque parti veux exister, veut être mauvais perdant, veut être la référence cantonal, j'en passe et des meilleurs. Depuis l'âge de 17 ans que je pratique la politique, le seul constat que j'ai en tête à 62 ans, c'est une droite genevoise très imbécile.  (...)

 

David Frenkel: Ceux qui ont voté pour Pierre Maudet sont-ils des ”pro-margoulin” ?  Je m’insurge contre ceux qui taxent Pierre Maudet de margoulin. Selon la définition, est un margoulin, le commerçant malhonnête, celui qui est sans scrupules dans les affaires. Or, Pierre Maudet n’est ni commerçant ni un homme d’affaire, c’est un homme politique. D’ailleurs, que lui reproche-t-on  ? (...) Rendons donc grâce au peuple genevois d’avoir désavoué l’unique juge ayant jeté le couperet du condamné sur un homme qui dérangeait certains politiciens. Taxer ceux qui ont voté pour lui de "pro-margoulin" s'apparente à l'insulte, et est grandement scandaleux !

 

Gérard Meyer: La mauvaise foi est le propre de l’homme (et de la femme)  (...) Des personnes se revendiquant comme « féministes » sont parvenues à revendiquer le droit au port de la burqa pour des raisons … féministes. Une majorité du camp rose/vert (même si les lignes bougent très lentement) a réussi, une fois de plus, à prendre la défense des pires comportements de la minorité musulmane dans notre pays. Toujours pour les mêmes raisons (il ne faut pas stigmatiser…). Ada Marra par exemple, fidèle à elle-même a parlé, en citant cette initiative, de « fourre-tout émotionnel ». C’est très intéressant cette expression. (...) Jamais je ne voterai pour des gens qui se sont soumis, sans chercher à lutter, au pire de cette religion. La mauvaise foi, même la plus surréaliste, est vraiment le propre de l’homme (et de la femme). 

Les commentaires sont fermés.