- Page 4

  • Un blogueur de la Tribune Prix interallié

    Imprimer

    l'amour nègre.jpgSoyons juste, Jean-Michel Olivier était écrivain avant d'être blogueur et blogue à double sur son site et sur le site de la Tribune de Genève http://jmolivier.blog.tdg.ch.

    Il n'empêche, le Prix interallié qu'il reçoit aujourd'hui pour "L'Amour nègre" nous réjouit au premier chef. L'écriture rapide, truculente, ciselée de l'auteur colle tout à fait à la vie de Moussa, un gosse de 10 ans à peine sorti de l'empire des Reines, ses mères, que son père vend à une actrice californienne, genre Angelina, en panne de maternité, contre un écran plasma et quelques billets verts vite brûlés. Elle le rebaptise Adam: une saga à peine croyable. Mais la réalité de dépasse-t-elle pas la fiction? On lira une critique plus experte sous la plume d'un autre confrère et blogueur Jean-Louis Kufer.

    Bref, bravo à notre écrivain blogueur!

    L'occasion de faire aussi la promotion d'un autre blog d'écrivains auquel jean-Michel Olivier participe. Blogres, un blog au long court puisqu'il existe depuis trois ans déjà. Avec Alain Bagnoud, Pierre Béguin, Serge Bimpage, Antonin Moeri, Pascal Rebetez et des invités.

  • Boris Drahusak fait réapparaître les commentaires

    Imprimer

    oeuf.jpgBloguer est assez simple, ça n'est guère plus compliqué que d'adresser un courriel ou de casser un oeuf. Cependant, un bon blog ne consiste pas uniquement en billets plus ou moins bien écrit, qui s'empilent les uns sur les autres, ainsi va l'oeuf qui peut devenir neige, meringue, mayonnaise.

    Ajouter une image - en veillant à respecter le droit d'auteur - permet d'explorer l'art de l'illustration pertinente. Créer des liens hypertextes est tout aussi importants et utiles pour les internautes. Ils peuvent à l'occasion servir au blogueur lui-même de mémoire complémentaire. Enrichir la colonne de droite et la faire vivre font aussi partie de la vie du blogueur.

    Lire la suite

  • 15 novembre: la cloche de Pâquis va résonner

    Imprimer

    Lüthi horloge des pâquis.JPGRue de Zurich, une ressuscitée, c'est le titre du dernier billet de Djemâa Chraïti qui décidément nous réjouit sur son blog Pâquis j'adoore. On aimerait tant que d'autres Djemâa conte les histoires de leur quartier, de leur bourgade, de leur village

    Djemâa Chraïti revient sur ce (...) geste d'un fou insensé qui d'un coup de fusil rageur, en 2001, rendit l'horloge de Temple des Pâquis muette, elle agonisera jusqu' à 10h29, heure à laquelle elle cessera de vivre. Et voilà pas que c'est Noël avant Noël,  l'horloger des horloges publiques à Genève, Pierre-André Lüthi a reçu pour  mission de la Ville de Genève de remettre l'horloge en marche...

    Lire la suite

  • Nique le diable!

    Imprimer

    pique nique.jpgCoup sur coup ce matin, deux plaintes légitimes de blogueurs en verve qui souhaitent créer un deuxième blog - on peut créer jusqu'à trois blogs gratuits à partir du même compte Tribune.

    L'un tente de créer cette url (adresse interne) "Chronique de campagne", l'autre suivra à Cotonou le Symposium pour le cinquantenaire des indépendances africaines et souhaite créer l'url "L'Audace, Unique Défi pour une Afrique Nouvelle".

    Pas de chance. Dans les deux cas, on trouve "nique", mot figurant dans la liste des mots bannis lorsque l'on veut créer une adresse de blog. Quand je vous disais que le diable se cache dans le détail...

    Lire la suite

  • 14 novembre: Hansel et Gretel, pauvre théâtre, pauvres enfants!

    Imprimer

    hanser et gretle.jpgLala alias Pascale Borgeat écrit : "Découvert un très joli théâtre pour enfants, le théâtre Rodolphe Töpffer.

    Magnifique cadre et le prix de l'entrée est à la hauteur dudit cadre: Frs. 30.- par adulte et 15.- par enfant (6 francs pour une portion de pop-corn, mais on aurait préféré un sachet de tomates...). Bref, très joli spectacle annoncé: Hansel et Gretel.

    Le spectacle commence: on est très contents, c'est deux enfants qui tiennent les rôles de Hansel et Gretel. Sauf que nous sommes immédiatement plongés dans d'énormes clichés de pauvres miséreux désuets: ils sont sales, en presque guenilles. Gretel fait la leçon à son frère, en gros: ventre vide d'accord mais il faut se résigner, prier et être joyeux. Et travailler. Les yeux commencent à s' écarquiller, la bouche bée devant ce message grotesque envoyé à nos chères têtes blondes. Et ça continue... "

    Lire la suite