- Page 2

  • Pâques 2011: Un renouveau pour le christianisme social

    Imprimer

    resurrection1.jpgPour le titre de cette revue pascale des blogs de la Tribune, j'ai hésité entre celui de Maurice Gardiol, dont la foi est spiritualité et incarnation et doit par conséquent agir dans le champ politique, et le titre d'un billet de Jean-Noël Cuénod "La Résurrection à Fukushima", qui n'est pas moins incarné. Le correspondant de la Tribune à Paris écrit: "Devenu symbole, Jésus demeure à jamais souffrant, cherchant et consolateur. Il vit dans ces 304 travailleurs de la centrale nucléaire de Fukushima qui, connaissant les risques majeurs pour leur vie, s'exposent à des irradiations afin de juguler les fuites radioactives provoquées par le séisme du 11 mars."

    L'énergie nucléaire plus encore que le réchauffement climatique fait figure d'enfer aux yeux d'une majeure partie des gens d'aujourd'hui qui pourtant profite largement et de l'une et de l'autre. Des gens qui boudent très majoritairement les cultes chrétiens sans trop savoir à quels saints se vouer. "Pour nos ancêtres, toute la nature était ainsi vivante" rappelle Pierre Scherb. C'est bien ce nouveau paganisme qui meut malgré eux Verts et UDC: les premiers prônent la frugalité, seul moyen d'assurer l'égalité des êtres, tandis que les autres défendent l'élitisme et veulent pour leur confort priver les Chinois et les pauvres des fruits du développement. Toujours sensible aux origines, Rémi Mogenet expose: "Leconte de Lisle, venu après Victor Hugo, a essayé de rendre aux mythologies anciennes leur force première".

    « La vie de Jésus défie l'impossible !" écrit la doyenne des blogueurs de Suisse romande, Claire-Marie Jeannotat, du haut de ses bientôt 90 ans: "Nous rendre libres et responsables. »

     

     

    Lire la suite

  • 21 avril: Spécial Pâques : Si nous parlions de la résurrection ?

    Imprimer

    Mokry.jpgParler de la résurrection aujourd'hui, est-ce encore possible, demande Jean-Claude Mokry, un blogueur lui-même ressuscité?  A part ça beaucoup de bons blogs aujourd'hui que l'on découvre ci-dessous en cliquant sur lire la suite et qui m'inspirent plein de réflexions. A venir...

     

    Lire la suite

  • 20 avril: les Cherbines et l'âne de Buridan

    Imprimer

    âne.jpgTout le monde connaît l'histoire de l'âne de Buridan qui hésitant toujours entre étancher sa soif ou entamer son picotin est mort sur place de son indécision. Tel est Genève. Jamais les projets ne sont assez beaux, assez étudiés, assez éco-compatibles. Résultat on construit moins de 1500 logements par an quand il en faudrait le double. L'urbanisation des Cherpines, dont la campagne va nous tenir en haleine jusqu'au 15 mai, nous en offre une nouvelle illustration. On lira donc sur le sujet les billets de Julien Nicolet , Didier Quéloz, David Rochat. J'y ajoute mon grain de sel sur Vu du Salève.

    Mais c'est Jacques-André Widmer dont je veux promouvoir le billet. Il aborde un sujet grave: "le don d'organes par négligence". Un billet qui en cette période pascale acquiert une résonance particulière.

    Joyeuses Pâques à toutes et à tousl. Les blogs ne ferment pas. Au plaisir donc de vous lire durant cette longue fin de semaine.

    Lire la suite

  • 19 avril: un revenu de base pour chacun!

    Imprimer

    passage des lions par loran.JPGLe militant vert Julien Cart réclame l'introduction d'un revenu de base inconditionnel et suffisant ! "Cette idée fait son chemin, même dans des milieux ou personnages réputés plus à droite" remarque le militant de la décroissance qui évoque quelques moyens de financement. Antoine Vielliard enfonce le clou à propos du développement du canton: La position qui consiste à défendre un modèle économique expansionniste et un modèle urbain si restrictif est indéfendable. Il ne s'agit pas de faire de Genève une "grosse pomme" bis ou un Monaco sur Léman  précise Philippe Souaille. Et la vie de chômeur?  Du 24 h sur 24 ! témoigne Pascale Borgeat.

    Sur la semaine pascale, je note les notes de trois blogueurs: Claire-Marie Jeannotat, Jean-Noël Cuénod et Maurice-Ruben Hayoun.

    Sur le front politique, je note encore trois billets. Le triomphe de la gauche en 81 photos! par Demir Sönmez. Bertrand Buchs conteste la candidature du Genevois de Haller à Berne, incompatible avec sa fonction de président des médecins suisses. Réfléchissant sur les malheures de la Constituante, Albert Rodrik écrit:  "Les vengeurs et les moines copistes".

    Pour illustrer ce billet je puisse dans la galerie de Laurent Guiraud, dont je ne saurais trop vous recommader la visite.

    Lire la suite

  • 18 avril: 60 minutes en silence pour résister

    Imprimer

    gardiol manifestation 17 avril.jpgCette manifestation est passée inaperçue. Elle n'est pourtant pas banale. Ni Haykel Ezzeddine ni Demir Sönmez ne l'ont saisie dans leur objectif, un journaliste peut-être? Le blogueur Maurice Gardiol s'en fait l'écho: 60 personnes ont manifesté en silence, dimanche entre midi et 13 heures, contre les incitations à dénoncer les enfants sans-papiers admis dans les écoles ou à signaler les travailleurs sans statut légal cotisant pour les assurances sociales. L'éducation aux droits de l'homme une urgence?  Alfred Fernandez y travaille.

    Pendant ce temps, à Uni-Mail, on comptait les bulletins des électeurs, un peu plus d'un tiers du corps électoral qui avait bien voulu sacrifier à son devoir électoral... A l'heure du bilan, Florence Kraft-Babel écrit:  "Parlons peu, mais parlons cash !" "J'ai pu compter sur vous et vous pouvez compter sur moi"  affirme Esther Alder qui promet d'informer durablement les citoyens sur son blog. "Geneva, Carouge : Victory has a price" rappelle Daniel Warner. Quant à Michel Chevrolet, le PDC ne regrette rien et une admiratrice récente écrit: "(...) Ne changez rien. Non pas que la défaite vous aille bien, elle vous rend simplement plus humble."

    A noter encore: les craintes d'Ueli Leuenberger du retour des années Schwarzenbach, les tribulations d'une maman enceinte de huit mois racontées par Aurore Bui, les aveux de Guy Mettan devenu "mediasceptique", la critique de Jacques-Simon Eggly à propos de la fuite de notre ambassadeur de Tokyo et la joie d'André Duval qui a trouvé des étudiants contestataires à l'Institut universitaire de formation des enseignants.

    Lire la suite