- Page 4

  • 12 avril: Batou et Langaney, le retour

    Imprimer

    langaney frautschi.pngHeureuses surprises! Deux blogueurs dont je croyais la verve éteinte ont ressurgi dans la liste des blogs invités: Jean Batou dénonce un hold-up de 7 à 10 milliards et André Langaney récemment engagé au Courrier de Genève nous conte les dégats collatéraux de la course au pouvoir ivoirien sur un village perdu du Sénégal. Où va se loger la mondialisation!

    En Suisse Pascal Holenweg revient sur le triomphe de la Lega au Tessin : Essere incudine o martello ? Le centriste Bertrand Buchs est, lui, KO debout... Et  Jacques-Simon Eggly s'interroge (enfin): "Verts-Libéraux ou Libéraux?" Que faut-il en penser...

    Heureusement, ils y a encore des gens qui y croient, notamment les candidats de la gauche un peu plus constructifs dans leurs notes publiées dans la blogosphère de la Tribune que ceux de droite. "Faire ses courses avec Caddie Service": pour Sami Kanaan, dont Pascal Décaillet dénonce l'appétit culturel, ça n'est pas la panacée mais c'est une chouette entreprise qui tourne à vélo électrique. Pierre Maudet, qui ne veut pas rester en rade, teste justement un vélo électrique. Dans le ciel genevois, Mike Gerard se demande s'il n'a pas vu un OVNI. Bien des candidats sont des comètes.

    A Carouge, Nicolas Walder s'insurge du soutien des patrons à l'UDC et défend que les Verts défendent mieux les PME. Et pendant ce temps en Afrique... "Abidjan: la guerre est finie, la paix commence" commente Philippe Souaille.

     

    Lire la suite

  • 11 avril: le pont de Genève

    Imprimer

    Pont joye.pngEtrange présentation que celle d'un conseiller d'Etat, seul ce matin devant un parterre de journalistes particulièrement étoffé. Certes Mark Muller est président du collège gouvernemental, mais il n'a invité ni le ministre de l'Economie et des Affaires régionales ni la ministre de la Mobilité. Chacun interprétera ce "one man show" libéral à sa guise. Sur Vu du Salève, j'émets quelques questions en rappelant que la paternité du projet du pont appartient à un certain Babar alias Philippe Joye à qui j'emprunte l'illustration de cette revue des blogs. Une râlerie bien genevoise? Comme celle que dénonce Cécile Xambeu à propos du trop beau temps de ce printemps?

    Daniel Warner qui analyse chaque semaine la politique Obama dit son étonnement de la scène politique genevoise.

    Le trop est politiquement incorrect. Trop de soleil. Trop de démocratie. Trop de population. "Malthus, le retour" commente Jean-Daniel Delley. Trop de CO2. Mais bonne nouvelle: "le niveau des mers en 2100 n'augmentera que de 15 cm" rassure Richard Golay. Trop de désinformation? "Pour qui, à quel dessein nous sert-on, au quotidien, de la désinformation ?" demande Patrick Lussi. Trop de migrants? "De l'immigration illégale au chantage à l'immigration" dénonce Micheline Pace. Trop de MCG? Pierre Pittet appelle à un front républicain à Onex, lequel existe à Lancy et à Vernier.

    Trop de choix? Yong Pang nous propose cette  philosophie pâtissière d'une grand-mère. Trop d'autocritique? Djemâa Chraïti donne des pistes "De l'auto-critique à l'auto-compassion"

    Lire la suite

  • 9 et 10 avril: Six jours captif des neurologues

    Imprimer

    toubib tenant un tibia.jpg- Tiens, une fois remis, je monterais volontiers au sommet de cette grue !, comme jadis avec André Hediger, ancien conseiller administratif de Genève, au sommet de l'échafaudage de la cathédrale Saint-Pierre, par temps de bise... Jacques-André Widmer conte dans ScriptaVolant depuis son lit des HUG ce qu'il voit, vit et d'autres anecdotes. Le chapitre I s'intitule Le Vrai Maudet est aux Urgences et le chapitre II Six jours captif des neurologues. ça vaut le détour.

    Sans lien avec cette expérience, Habib Djaoui dénonce: "Algérie : quand un ministre autoritaire" tue" la médecine de l'avenir". Marie-France de Meuron annonce un séminaire sur la médecine traditionnelle africaine. La fête est une thérapie. La fête tunisienne de vendredi à l'Alhambra fut un succès, raconte pour sa part Haykel Ezzeddine. Et Didier Ulrich trouve la météo inquétante.

    Toujours au chapitre santé, Sandrine Prince découvre et s'étonne: "Trois mamans sur quatre vivent une grossesse à risques ?"  Et la maladie est parfois dans la tête: "Bertrand Cantat : la haine!" titre Michel Sommer. Et Chessex? Est-il bien mort, se demande Jean-Michel Olivier qui a dévoré son dernier opus d'une traite.

    Lire la suite

  • 8 avril: Barbie for Ever

    Imprimer

    ange baribie for ever.jpg"Une petite histoire pour faire dodo?" C'est un texte de Barbie for Ever. Barbie est une blogueuse que je cite peu souvent dans cette revue de presse. parce qu'elle a choisi de rester cachée derrière le masque de l'anonymat. C'est son choix et je le respecte tout en encourageant blogueurs et commentateurs à oser le débat citoyen à visage découvert. Je connais son identité comme celle de tous les blogueurs hébergés sur le site de la Tribune.

    Les politiciens sont eux aux antipodes de l'anonymat. Même s'ils ont droit aussi à leur jardin secret, leur sphère privée est plus petite que celle des quidams. La critique est leur art et ils y sont soumis. Philippe Souaille dénonce ce matin "Le gros mensonge d'Antoine Vielliard" à propos des  Hedge Funds. A ce sujet, sur Vu du Salève, je mesure combien David Hiler tourne sur une autre orbite que celle de la gauche et de Sandrine Salerno en particulier. Mauro Poggia écrit "Le pouvoir embourgeoise. Fantaisie vocale par Pagani(ni)". Yves Nidegger tire à vu sur le thème des crèches "qui s'invite désormais systématiquement aux premiers rangs des campagnes électorales, municipales, fédérales et même cantonales." David Laufer chronique  "Marie-Hélène Miauton, vache sacrée. Ou l'inverse. Christian Brunier s'énerve: "Aimé Césaire honoré oui ! Par Sarkozy non !"

    Sur le front international  Bernard Comoli constate satisfait que James Cameron et Arnold Schwarzenegger se mouillent à propos le barrage de Belo Monte.

    Lire la suite

  • 7 avril: Les deux faces de l'extrême-droite française

    Imprimer

    Cuenod couleur.jpgAu lendemain du débat avorté sur la laïcité qui alimente la chronique de Pascal Holenweg, Jean-Noël Cuénod (photo) explique les deux faces de l'extrême-droite française. Pascal Décaillet dit son admiration ou son étonnement de la décision de Blocher de briguer le Conseil des Etats. Philippe Souaille explique en sept points pourquoi la France et l'ONU interviennent contre "Les dangers de l'ethno-fascisme ivoirien".

    Sur le front local, Walter Schlechten qui n'est pas électeur en ville tente un tour des candidats. Antoine Vielliard considère que la Haute-Savoie doit tenir ses engagements pour le financement du CEVA, tout en posant une condition. Pierre Weiss estime que l'OCE est à moitié sorti d'une situation complexe. L'autre moitié dépend des syndicats et du statut de la fonction publique. Et Sami Kanaan se rende à ces évidences, au détour d'un débat consacré aux aînés et à la mobilité: 1) qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil et 2) que la politique c'est l'art du possible. Quant à sa colitière, Esther Alder elle évoque ces histoires banales: "Le jour où tout bascule!

    Lire la suite